Cap Amériques

Violences raciales : les États-Unis face à leurs vieux démons

Rosa Parks, en 1955, figure emblématique de la lutte contre la ségrégation raciale aux États-Unis.
Rosa Parks, en 1955, figure emblématique de la lutte contre la ségrégation raciale aux États-Unis. © FRANCE 24

Cette semaine, Cap Amériques revient sur les violences raciales aux États-Unis. Le meurtre de l’Afro-Américain George Floyd lors de son interpellation par un policier blanc a provoqué un déferlement de colère outre-Atlantique. Cet événement est pourtant loin d'être le premier.

Publicité

Nos reportages :

L’agonie de George Floyd filmée en direct a provoqué une vague de protestation dans tout le pays. Depuis, Blancs et Noirs défilent côte à côte pour réclamer la fin des violences raciales. Retour sur cet événement, à la lumière du passé ségrégationniste des États-Unis, avec Nina Masson et Selina Sykes.

La fin de l'impunité policière demeure l'une des principales revendications des manifestants, tout comme un traitement juste et équitable des suspects, quel que soit leur couleur de peau. Aux États-Unis, c'est un fait, les Afro-Américains ont deux fois et demi plus de chances que les Blancs d'être tués par la police lors d'une interaction. Sur les mille décès enregistrés l'an dernier, un quart des victimes avaient la peau noire, ce qui est considérable, quand l’on sait que les Afro-Américains ne représentent que 12 % de la population américaine. Notre correspondante Valérie Defert a suivi la police de Los Angeles.

Enfin, à l'échelle politique, le camp démocrate mobilise le Congrès avec un nouveau projet de loi pour la police. En pleine campagne pour la présidentielle. Les explications de Reed Kennedy, le représentant des Democrats Abroad à Paris.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine