Accéder au contenu principal

Joe Biden et Donald Trump s’affrontent à distance quelques semaines avant l'élection

Donald Trump et Joe Biden se sont exprimés sur des scènes différentes, jeudi 15 octobre 2020. (Images d'archive)
Donald Trump et Joe Biden se sont exprimés sur des scènes différentes, jeudi 15 octobre 2020. (Images d'archive) © AFP
10 mn

Faute de débat présidentiel en personne, le républicain Donald Trump et le démocrate Joe Biden ont participé en simultané à deux émissions de télévision différentes, jeudi soir. Le sujet de la pandémie de coronavirus est sans surprise revenu sur la table, tandis que Donald Trump a été questionné sur son refus de condamner le mouvement conspirationniste QAnon.

Publicité

À moins de trois semaines de la présidentielle aux États-Unis, les deux candidats se sont affrontés à distance, jeudi 15 octobre, sur divers sujets. Le candidat démocrate Joe Biden a notamment reproché à Donald Trump d'avoir apporté une réponse "paniquée" à l'épidémie de coronavirus. Le président républicain a de son côté défendu sa gestion de la crise sanitaire qui a causé plus de 216 000 décès dans le pays.

Les deux rivaux se sont exprimés en simultané lors de deux émissions de télévision distinctes après que le débat initialement programmé à cette date a été annulé, à la suite de l'infection de Donald Trump au coronavirus.

Joe Biden a reproché au président sortant d'avoir dissimulé le danger mortel représenté par le coronavirus. "Il a déclaré qu'il n'avait rien dit à personne, parce qu'il avait peur que les Américains paniquent", a dit l'ancien vice-président lors de l'émission retransmise par ABC depuis Philadelphie (Pennsylvanie). "Les Américains ne paniquent pas. Il a paniqué", a-t-il ajouté.

Donald Trump a défendu de son côté à la fois sa gestion de l'épidémie et son comportement personnel, notamment son choix d'organiser un événement dans les jardins de la Maison blanche fin septembre lors duquel rares étaient les personnes munies d'un masque ou respectant la distanciation sociale – avec pour conséquence plusieurs cas de contamination signalés parmi les participants.

Présidentielle aux États-Unis : Trump et Biden, un débat à distance réussi ?
02:38

"Différentes versions" sur l'efficacité des masques

"Eh, je suis le président – je dois voir des gens, je ne peux pas rester dans un sous-sol", a-t-il déclaré sur la chaîne NBC devant un public rassemblé en extérieur à Miami (Floride), critiquant implicitement son rival démocrate pour s'être confiné à son domicile pendant plusieurs mois alors que la pandémie faisait rage.

Donald Trump n'a pas répondu aux questions sur la date à laquelle il a été testé négatif au coronavirus pour la dernière fois avant d'être contaminé, expliquant ne pas s'en souvenir précisément.

Le président républicain s'est fréquemment querellé avec la modératrice de NBC, Samantha Guthrie. Il a dit avoir entendu "différentes versions" sur l'efficacité des masques de protection, bien que les experts sanitaires de sa propre administration aient déclaré par le passé qu'il s'agissait d'un moyen primordial pour stopper la propagation du coronavirus.

Covid-19 : Donald Trump remet en question l'efficacité du masque
00:28

Pressé par la journaliste de condamné le mouvement conspirationniste QAnon, Donald Trump a botté en touche. "Je ne connais rien de QAnon", a-t-il affirmé avant d'assurer qu'il était d'accord avec leurs positions "contre la pédophilie".

Le vote par anticipation bat des records

L'ultime débat présidentiel doit avoir lieu dans une semaine, le 22 octobre, à Nashville (Tennessee). La dernière enquête d'opinion réalisée par Reuters/Ipsos montre que Joe Biden dispose d'une nette avance sur Donald Trump dans les intentions de vote au niveau national, mais la marge du candidat démocrate est moins prononcée dans les États décisifs.

En Caroline du Nord, un État hautement disputé, de longues files d'attente ont été constatées dans la journée, alors qu'ouvraient les bureaux de vote de manière anticipée. Plus tôt dans la semaine, les électeurs ont aussi afflué pour voter par anticipation en Géorgie et au Texas.

Plus de 18 millions d'Américains ont déjà transmis leur bulletin, soit en personne soit par voie postale, d'après Elections Project, un groupe basé à l'université de Floride et qui répertorie les données sur le vote anticipé. Il s'agit d'un record et d'un nombre équivalent à près de 13 % du nombre total de bulletins dépouillés en 2016.

Les électeurs cherchent à éviter les rassemblements massifs le 3 novembre du fait du coronavirus. Ils entendent aussi s'assurer que leur bulletin sera pris en compte, nombre d'entre eux craignant que Donald Trump conteste la légalité des votes par correspondance, qu'il juge sans fondement propices à la fraude.

Avec Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.