Présidentielle américaine : plus de 50 millions d'électeurs ont déjà voté

Une femme remplit son bulletin de vote au bureau de vote anticipé du palais de justice du comté de Jasper à Newton, Iowa, le 15 octobre 2020.
Une femme remplit son bulletin de vote au bureau de vote anticipé du palais de justice du comté de Jasper à Newton, Iowa, le 15 octobre 2020. © Eleonore Sens, AFP

De nombreux électeurs ont préféré voter par correspondance ou glisser leur bulletin en avance dans l'urne pour éviter les foules le jour de l'élection, en pleine pandémie de Covid-19. 

Publicité

Le vote anticipé bat des records aux États-Unis. Plus de 50 millions d'Américains ont déjà voté par anticipation pour l'élection présidentielle qui oppose Joe Biden à Donald Trump, selon le comptage vendredi du US Elections Project. Cette année, de nombreux électeurs ont préféré glisser leur bulletin en avance dans l'urne pour éviter les foules le jour de l'élection, en pleine pandémie de Covid-19. 

Selon ce comptage établi par l'Université de Floride, plus de 35 millions de personnes ont déjà voté par correspondance, et plus de 15 millions en personne. C'est d'ores et déjà plus que le nombre de votes anticipés enregistrés au total en 2016 (plus de 47 millions). 

Par comparaison, cela représente 36,5 % du total des bulletins déposés pour l'élection présidentielle de 2016 (à la fois de façon anticipée et le jour du scrutin). Il y a quatre ans, le nombre total d'électeurs ayant voté était de 138 millions.

De longues files d'attente dans certains États

Le vote anticipé obéit à des règles différentes selon les États. L'un des plus peuplés d'entre eux - et donc des plus dotés en grands électeurs -, l'État de New York, ouvrira la possibilité de voter en personne à partir de samedi, ce qui viendra encore grossir le nombre de bulletins anticipés déposés.

Les démocrates ont appelé à voter à l'avance comme mesure de précaution, mais l'engouement des électeurs a parfois donné lieu à de longues files d'attente dans les États où il a démarré. 

En face, le camp Trump dénonce, sans preuves à l'appui, une démarche susceptible de "truquer" les résultats, et promet que ses électeurs se déplaceront eux en masse le 3 novembre pour faire mentir les sondages le donnant battu.

> À lire aussi : À l’approche de la présidentielle, les jeunes Américains donnent de la voix

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine