Affaire Khashoggi : Washington n'exclut pas de sanctionner Mohammed ben Salmane

Le prince héritien saoudien Mohammed ben Salmane, photographié le 23 octobre 2018, à Riyad, en Arabie saoudite.
Le prince héritien saoudien Mohammed ben Salmane, photographié le 23 octobre 2018, à Riyad, en Arabie saoudite. © Fayez Nureldine, AFP

La Maison Blanche a indiqué lundi qu'elle pourrait prendre des mesures à l'encontre du prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane, après un rapport dévoilé vendredi par les services de renseignement américains l'accusant d'avoir "validé" l'assassinat du journaliste Jamal Khashoggi. 

Publicité

Des menaces américaines. Washington a annoncé lundi 1er mars que les États-Unis se réservaient le droit de sanctionner à l'avenir le prince héritier d'Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane, si cela s'avérait nécessaire. "Bien entendu, nous nous réservons le droit de prendre toute mesure à tout instant et à notre manière", a déclaré la porte-parole de la Maison Blanche, Jen Psaki. 

"Historiquement, les États-Unis, par l'intermédiaire de ses présidents démocrates et républicains, n'ont généralement jamais sanctionné les chefs de gouvernement des pays avec lesquels nous entretenons des relations diplomatiques", a-t-elle ajouté.

Dans un rapport déclassifié vendredi par la Maison Blanche, la CIA a écrit que Mohammed ben Salmane avait approuvé l'opération visant à capturer ou tuer le journaliste Jamal Khashoggi. 

Avec Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine