Covid-19 : dans sa première adresse aux Américains, Joe Biden offre un message d'espoir

Joe Biden s'adresse à la nation américaine à la Maison Blanche, le 11 mars 2021.
Joe Biden s'adresse à la nation américaine à la Maison Blanche, le 11 mars 2021. © Alex Wong, Getty Images via AFP

Le président américain s'est adressé à la nation pour la première fois depuis son arrivée à la Maison Blanche, jeudi soir. Il a vanté les progrès de la vaccination, promettant que tous les adultes seraient éligibles au vaccin d'ici au 1er mai, et offert l'espoir d'un semblant de retour à la normale d'ici au 4 juillet, jour de la fête nationale, tout en priant ses concitoyens de continuer les efforts sous peine de voir les restrictions rétablies.

Publicité

Après 50 jours de mandat, le président américain Joe Biden s'est adressé pour la première fois à la nation américaine, jeudi 11 mars, depuis la Maison Blanche. La date correspondait aussi à l'anniversaire du début des restrictions liées au Covid-19 aux États-Unis.

Dans un discours à la tonalité tour à tour grave et optimiste, le locataire de la Maison Blanche a ordonné à tous les États la levée progressive des restrictions d'âge afin que tous les Américains adultes soient éligibles au vaccin d'ici le 1er mai. "C'est beaucoup plus tôt que prévu !", a-t-il martelé. Cela ne signifie pas que tous les adultes seront vaccinés à cette date, mais qu'il pourront prendre rendez-vous pour la piqûre.

Joe Biden a aussi touché une corde sensible chez les Américains, en évoquant une trajectoire permettant d'avoir "une bonne chance" d'avoir un 4 juillet – jour de la fête national –  festif où les Américains pourraient se réunir en petits groupes autour du traditionnel barbecue.

"Nous avons tous perdu quelque chose"

"Ce combat est loin d'être terminé", a-t-il mis en garde, enjoignant les Américains à continuer à suivre les consignes sanitaires sous peine de voir les restrictions rétablies. De "meilleurs jours" sont à venir, a-t-il promis. Les États-Unis démontreront bientôt qu'ils ont "vaincu l'une des périodes les plus sombres et les plus dures" de leur histoire, a-t-il ajouté.

"Nous avons tous perdu quelque chose", a souligné le président américain, évoquant l'année écoulée. "Ce sont les petites choses de la vie qui sont les plus importantes et ce sont celles qui nous manquent."

Joe Biden, qui a dénoncé les attaques inacceptables contre les Américains d'origine asiatique, a également annoncé le déploiement de 4 000 soldats supplémentaires pour participer à la campagne de vaccination, portant leur nombre total à 6 000.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine