Covid-19 : le Brésil franchit le cap des 3 000 décès quotidiens, un record

Manifestation contre le président Bolsonaro à Brasilia, le 19 mars 2021.
Manifestation contre le président Bolsonaro à Brasilia, le 19 mars 2021. © Ueslei Marcelino, Reuters

Le Brésil s'enfonce dans la crise sanitaire avec un nouveau record de décès quotidiens battu, mardi. Alors que les hôpitaux sont débordés et que la campagne de vaccination ne décolle toujours pas, le président Jair Bolsonaro a promis que le pays disposerait de plus de 500 millions de doses de vaccin d'ici la fin de l'année.

Publicité

Le Brésil a enregistré, mardi 23 mars, un nombre record de décès quotidiens liés au Covid-19 depuis le début de la crise sanitaire, avec 3 251 morts supplémentaires en vingt-quatre heures, selon le ministère de la Santé. Cela porte le total des décès à 298 676 depuis l'apparition d'un premier cas fin février 2020. 

Ce record souligne l'ampleur de l'épidémie au Brésil, où une campagne de vaccination chaotique et des mesures de restrictions brouillonnes ont mené les hôpitaux du pays près de la rupture.

Le président d'extrême droite, Jair Bolsonaro, a assuré dans la soirée que le pays reprendrait "très bientôt une vie normale" grâce à la vaccination qu'il a pourtant longtemps décriée. "Je veux rassurer le peuple brésilien et l'informer que les vaccins sont garantis. À la fin de l'année nous aurons atteint plus de 500 millions de doses de vaccin pour toute la population", a déclaré le chef de l'État.

Jair Bolsonaro a intronisé son nouveau ministre de la Santé, le quatrième depuis le début de l'épidémie, lors d'une cérémonie à huis clos, a annoncé le ministère. Le chef de l'État peine à maintenir l'épidémie sous contrôle, après avoir minimisé le virus, semé le doute quant à l'efficacité des vaccins et combattu les confinements décidés localement.

>> À voir : Pandémie de Covid-19 : les hôpitaux brésiliens dépassés par la crise

Seulement 2,6 % des adultes brésiliens ont reçu deux doses de vaccin et 7,6 % de la population s'est vu administrer une première injection, selon une étude de l'Institut Fiocruz, un institut financé par le gouvernement fédéral et produisant le vaccin d'AstraZeneca, fer de lance de la campagne vaccinale brésilienne.

Changement de ton

Autre changement de ton : Jair Bolsonaro, qui souhaite se représenter en 2022, a exprimé sa solidarité "avec tous ceux qui ont perdu un proche". Le discours a été accueilli par des concerts de casseroles, en signe de protestation, dans les principales villes du pays, comme Rio, Sao Paulo et Brasilia, selon des journalistes de l'AFP.

La virulence de la deuxième vague de la pandémie a mis sous tension le système de santé : le taux d'occupation des services de réanimation dépasse 80 % dans la majorité des 27 États brésiliens et les réserves d'oxygène pour les patients gravement atteints de Covid-19 ont atteint des niveaux "préoccupants" dans six États.

Le gouvernement de l'État de Sao Paulo, le plus peuplé du Brésil avec 46 millions habitants, a annoncé mardi avoir enregistré pour la première fois plus de 1 000 décès de Covid-19 en 24 heures. Selon un décompte de TV Globo, plus de 130 personnes sont mortes faute d'obtenir à temps un lit en soins intensifs dans cet État.

Avec Reuters et AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine