Affaire Stormy Daniels : Donald Trump inculpé au pénal, une première pour un ex-président américain

Un grand jury de New York a voté, jeudi, l'inculpation au pénal de Donald Trump dans l'affaire Stormy Daniels, une première pour un ancien président américain. Il est appelé à comparaître mardi devant le tribunal de Manhattan pour une audience. Selon son avocat, l'ancien chef de la Maison Blanche compte "se battre".

Donald Trump le 5 mars 2023 dans le Maryland.
Donald Trump le 5 mars 2023 dans le Maryland. © Alex Brandon, AP
Publicité

Objectif : contre-attaque. Un temps secoué par son inculpation historique, l'ex-président américain Donald Trump compte "se battre" sans retenue pour faire annuler les poursuites adoptées par la justice new-yorkaise, a fait savoir son avocat, vendredi 31 mars.

L'ancien locataire de la Maison Blanche, qui rêve de la reconquérir en 2024, "a été choqué" quand il a appris sa mise en accusation, jeudi, dans un dossier lié à un versement effectué à une star du X en 2016, a déclaré Me Joe Tacopina sur la chaîne NBC. "Mais il a retroussé ses manches et décidé de se battre", a ajouté l'avocat, en annonçant son intention de déposer "immédiatement" des recours mettant en cause la légalité des poursuites, dont la nature exacte n'a pas encore été rendue publique.

Inculpation de Donald Trump : "les policiers peuvent aller jusqu'à lui passer les menottes"
Inculpation de Donald Trump : "les policiers peuvent aller jusqu'à lui passer les menottes" © AFP

Dans l'arène politique, le républicain de 76 ans a déjà donné de la voix : reprenant un discours bien rodé, il a tonné contre une mise en accusation "bidon et honteuse" orchestrée, selon lui, par les démocrates pour faire dérailler sa campagne présidentielle.

Soutenu par un parti dont les ténors ont immédiatement volé à son secours, il a étrillé le procureur démocrate de Manhattan, Alvin Bragg, qui porte le dossier, l'accusant de "faire le sale travail" du président Joe Biden. 

Le procureur a déploré des accusations "sans fondement et incendiaires", dans un courrier à des élus républicains du Congrès.

Pressé par les journalistes, Joe Biden a pour sa part refusé de commenter les déboires de son prédécesseur.

"Le président plaidera non coupable"

Le démocrate de 80 ans, qui a l'intention de briguer un second mandat, ne veut pas alimenter la posture de martyr endossée par Donald Trump pour rallier ses troupes. Il mise à l'inverse sur le décalage entre son image de président au travail contre celle de son rival empêtré dans les affaires pour séduire les électeurs du centre.

© AFP

La journée de mardi pourrait apporter de l'eau à son moulin. Donald Trump, qui vit en Floride, devra se présenter devant un tribunal de Manhattan pour se voir signifier formellement les charges pesant contre lui.

La convocation donnera lieu à un rituel inédit pour un ancien chef d'État : le milliardaire devra décliner son nom, âge, profession, se soumettre à une prise d'empreintes digitales et être pris en photo, comme tout prévenu.

D'après son avocat, il ne sera pas menotté mais pourrait avoir à traverser des couloirs, en présence de médias. Les procureurs démocrates "vont essayer de se faire plaisir en le paradant", a estimé Me Tacopina.

Quand il sera devant le juge, "le président plaidera non coupable" car "il n'y aucun crime", a-t-il encore assuré. Donald Trump devrait ensuite être laissé en liberté, peut-être sous conditions, en attendant l'organisation de son procès.

Ses partisans, dont l'élue Marjorie Taylor Greene, ont prévu de manifester à l'extérieur du tribunal pendant sa comparution. Un important dispositif policier a été déjà été déployé pour éviter tout débordement.

Multiples autres enquêtes judiciaires

Les chefs d'inculpation pesant contre Donald Trump, et donc les peines qu'il encourt, seront rendus publics mardi. Ils portent sur 130 000 dollars versés juste avant la présidentielle de 2016 par l'avocat personnel de Donald Trump, Michael Cohen, à l'actrice de films pornographiques Stormy Daniels. Le but ? acheter son silence sur une relation extraconjugale qu'elle prétend avoir eue avec le magnat de l'immobilier dix ans plus tôt.

Donald Trump, qui réfute cette liaison, a dû reconnaître avoir remboursé Michael Cohen mais assure que la transaction n'avait rien d'illégale.

Si l'accord passé avec Stormy Daniels était bien autorisé, il pourrait toutefois correspondre à une dépense de campagne. Or la somme n'apparaît pas dans les comptes du candidat et a, au contraire, été inscrite comme un "frais juridique" dans les documents de son entreprise. Selon CNN, Donald Trump pourrait donc faire face à une trentaine de chefs d'inculpation tournant autour de fraudes comptables pour dissimuler l'usage des 130 000 dollars.

Ce dossier pourrait n'être que le premier, et peut-être le moins sérieux, pour l'ancien président, qui fait l'objet de multiples autres enquêtes judiciaires.

La justice fédérale a ouvert des investigations sur son rôle dans l'attaque du Capitole, le 6 janvier 2021, et sur sa gestion des archives présidentielles après son départ de la Maison Blanche. Une procureure de l'État de Géorgie s'intéresse à des pressions exercées sur des responsables électoraux pour contester sa défaite à la présidentielle de 2020.

Mais rien dans la loi américaine n'interdit à une personne inculpée, voire condamnée, d'être candidate à une fonction élective et de prendre ses fonctions en cas de victoire.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Emportez l'actualité internationale partout avec vous ! Téléchargez l'application France 24