Accéder au contenu principal
Reporters

La laïcité indienne en danger

REPORTER INDE
REPORTER INDE © FRANCE 24

Le 11 décembre 2019, le Parlement indien a adopté une nouvelle loi sur la citoyenneté. Dénommée "Citizenship Amendment Act", elle permet aux réfugiés ayant fui le Pakistan, le Bangladesh et l'Afghanistan d’obtenir plus rapidement la nationalité indienne, à condition qu'ils ne soient pas musulmans. Une mesure contraire au principe de laïcité inscrit dans la Constitution du pays depuis 1947, et interprétée par beaucoup comme un pas de plus vers l'application de l'idéologie nationaliste hindoue radicale du Premier ministre, Narendra Modi.

Publicité

L’Inde est secouée depuis un mois par d'importantes manifestations aux quatre coins du pays, pour protester contre l'adoption de la nouvelle loi sur la citoyenneté, qui exclut les musulmans. D’abord impulsée par les étudiants et les musulmans, qui représentent le deuxième groupe religieux en Inde avec 200 millions de pratiquants, la contestation rassemble désormais au-delà des clivages politiques traditionnels.

Beaucoup redoutent que la nouvelle loi, couplée au Registre National des Citoyens mis en place dans l’État d’Assam – une liste qui recense les citoyens indiens "authentiques" – ne soit utilisée pour retirer la nationalité indienne aux musulmans.

Le gouvernement du Premier ministre Narendra Modi se défend d'avoir de tels objectifs et plaide l'incompréhension. Selon lui, cette mesure vise au contraire à  venir en aide aux les minorités religieuses persécutées au Bangladesh, au Pakistan et en Afghanistan pour raisons religieuses. Une réponse qui n'a pas apaisé les manifestants.

Depuis mi-décembre, au moins 31 personnes sont mortes de la répression des autorités. La pression qui pèse sur le Premier ministre n’a jamais été aussi haute. Est-ce pour autant le début d'un véritable tournant politique en Inde ?

Nos reporters se sont rendus dans l’État d’Assam, interdit d’accès aux journalistes étrangers, où plus de 100 personnes dont la citoyenneté est considérée comme "douteuse" se trouvent dans des camps de détention. Ils ont également rencontré des étudiants qui protestent dans la capitale New Dehli, et des manifestants qui sont dans le viseur des autorités de l’Uttar Pradesh, dans le Nord.

Un reportage de Mandakini Gahlot, Alban Alvarez et Clément Laborde.
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.