Nucléaire iranien : Téhéran et Washington campent sur leurs positions

Le président Joe Biden lors d'un discours à la Maison Blanche à Washington, le 5 février 2021.
Le président Joe Biden lors d'un discours à la Maison Blanche à Washington, le 5 février 2021. © Kevin Lamarque, Reuters
5 mn

Joe Biden a prévenu qu'il ne ferait pas le premier pas vers l'Iran en levant les sanctions américaines, comme l'ont encore réclamé, dimanche, les dirigeants iraniens, dans un duel à distance qui présage d'une reprise du dialogue très difficile.

Publicité

Joe Biden est prêt à revenir dans l'accord sur le nucléaire iranien mais pas à n'importe quel prix. Le président américain a exclu, dimanche 7 février, une levée des sanctions pour le moment, comme l'ont encore réclamé les dirigeants iraniens.

Interrogé par la chaîne CBS sur la possibilité de lever les sanctions pour convaincre Téhéran de revenir à la table des négociations afin de sauver l'accord sur le nucléaire iranien, le nouveau président des États-Unis a clairement répondu : "Non".

Et à la journaliste qui lui demandait si les Iraniens devaient "d'abord cesser d'enrichir de l'uranium", il a répondu avec un hochement de tête, selon un extrait de cet entretien dont l'intégralité devait être diffusée dimanche après-midi.

Les États-Unis et les autres grandes puissances (Chine, Russie, Allemagne, France et Royaume-Uni) ont conclu en 2015, après de longues et difficiles négociations, un accord avec l'Iran censé l'empêcher de se doter de la bombe atomique.

Mais Donald Trump a retiré Washington de cet accord trois ans plus tard, jugeant qu'il était insuffisant sur le plan nucléaire et aussi pour contrer les autres "activités déstabilisatrices" de la République islamique. L'ex-président a rétabli puis durci toutes les sanctions contre l'Iran qui avaient été levées en échange de ses engagements nucléaires, et Téhéran a en retour commencé à s'affranchir de ces restrictions.

Joe Biden a promis de revenir dans l'accord de 2015, à la condition que l'Iran renoue d'abord avec ses engagements.

Depuis qu'il est entré à la Maison Blanche le 20 janvier, la communauté internationale attend de savoir comment il entend tenir sa promesse, dès lors que les Iraniens réclament, eux, une levée préalable de toutes les sanctions.

"Priorité cruciale" 

Ce dialogue de sourds s'est poursuivi dimanche. Le président américain s'est montré intraitable sur la marche à suivre, et le guide suprême iranien Ali Khamenei a également campé sur ses positions.

"S'ils veulent que l'Iran retourne à ses engagements (...) les États-Unis doivent entièrement lever les sanctions, dans la pratique et non sur le papier", a affirmé, dimanche, l'ayatollah dans un discours télévisé. "Nous vérifierons ensuite si dans les faits les sanctions ont été levées correctement", a-t-il prévenu, assurant qu'il s'agit là de "la politique définitive de la République islamique".

Pour l'instant, donc, les deux pays ennemis s'observent et font monter les enchères.

Le nouveau gouvernement américain reste volontairement vague sur la manière dont il entend procéder. À tel point que Joe Biden a totalement occulté ce dossier, jeudi, dans son premier discours de politique étrangère, alors même qu'il a été présenté par son équipe comme une "priorité cruciale".

Le secrétaire d'État, Antony Blinken, a lui parlé avec ses homologues allemand, français et britannique pour présenter un front commun avec les trois signataires européens qui ont toujours dénoncé le retrait unilatéral de Donald Trump. Et il a nommé un émissaire chargé de l'Iran, Rob Malley.

Sauver l'accord

En coulisses, et en attendant un premier contact direct entre Washington et Téhéran, les grandes manœuvres sont donc lancées pour sauver l'accord sur le nucléaire.

Le chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif, a réaffirmé ces derniers jours que les Américains devaient d'abord "démontrer leur bonne foi". Mais il a aussi suggéré que les Européens pourraient "chorégraphier" les concessions des deux pays, qui pourraient elles-mêmes être "synchronisées" ou "coordonnées".

Le temps presse de toutes parts, d'autant que le 21 février, l'Iran pourrait restreindre l'accès des inspecteurs internationaux à ses sites, une ligne rouge qui risque de braquer tous les autres signataires.

Mohammad Javad Zarif a tenté, dimanche, de relativiser ce risque, tout en s'en servant comme d'un levier pour faire pression sur Washington.

"Cela ne signifierait pas que la porte serait totalement refermée, car si les États-Unis et leurs partenaires reviennent dans l'accord, et le respectent pleinement, l'Iran reviendra sur ces décisions", a-t-il dit sur la chaîne CNN. "Mais il est évident qu'il serait beaucoup plus simple pour les États-Unis de tenir leurs engagements le plus rapidement possible", a-t-il ajouté.

Avec AFP

 

 

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine