Birmanie : encore des milliers de manifestants dans les rues malgré la répression

Des manifestants prodémocratie, le 7 mars 2021, à Bagan, en Birmanie.
Des manifestants prodémocratie, le 7 mars 2021, à Bagan, en Birmanie. © AFP

Des milliers de manifestants prodémocratie poursuivent leur mouvement dimanche en Birmanie, où la répression a fait de nouveaux blessés.

Publicité

Les manifestations se poursuivent, dimanche 7 mars, en Birmanie où des milliers de personnes sont descendues dans les rues pour défendre la démocratie malgré une répression qui continue de faire des blessés.

À Bagan, non loin du vaste site archéologique célèbre pour ses pagodes centenaires, des détonations ont été entendues.

"Un adolescent de 18 ans a reçu une balle dans la mâchoire", a relevé auprès de l'AFP le secouriste Ko Ko, tandis qu'un média local faisait état d'"au moins cinq personnes blessées".

>> À lire : L'ONU divisée sur la réponse à apporter en Birmanie

À Rangoun, la capitale économique, la police a de nouveau tiré pour disperser des rassemblements, les manifestants scandant : "Chassons le dictateur !", le chef de la junte Min Aung Hlaing.

D'autres rassemblements se tiennent à Mandalay, la deuxième ville du pays, et à Dawei où plusieurs protestataires ont été tués ces derniers jours.

Le mouvement pro-démocratie a appelé à une mobilisation massive dimanche et lundi. "Si nous appelons à la désobéissance civile et à la grève sans descendre dans les rues, ce n'est pas suffisant. Nous devons maintenir notre combat au plus haut niveau (...) Nous sommes prêts à mourir", a déclaré Maung Saungkha, une des têtes d'affiche de la contestation.

Le Parti de l’union impliqué dans les attaques

Les médias d'Etat ont averti que les fonctionnaires grévistes "seront licenciés à partir du 8 mars".

Ces appels à la grève ont un impact important sur de nombreux secteurs de l'économie birmane déjà très fragile, avec des banques incapables de fonctionner, des hôpitaux fermés et des bureaux ministériels vides.

La peur est dans tous les esprits : plus de 50 personnes ont été tuées depuis le début de l'insurrection pacifique contre le coup d'État du 1er février.

Des images largement diffusées ont montré les forces de sécurité en train de tirer à balles réelles sur des rassemblements et d'emporter les corps inanimés de manifestants.

Le Parti de l'union, de la solidarité et du développement (PUSD), soutenu par l'armée, participe aux attaques. Certains de ses membres ont tué vendredi un représentant local de la Ligue nationale pour la démocratie (LND), le parti d'Aung San Suu Kyi, et un adolescent de 17 ans, selon l'Association d'assistance aux prisonniers politiques (AAPP).

Samedi, les forces de sécurité ont continué à tirer à balles réelles sur des manifestants, d'après cette ONG birmane.

Les médias d'État nient pour leur part toute implication de la police et de l'armée dans les décès de manifestants.

Huit policiers en fuite vers l’Inde

Des raids ont eu lieu dans la nuit de samedi à dimanche, visant notamment des responsables de la LND. "On ne sait pas combien de personnes ont été interpellées", a fait savoir Soe Win, un des responsables du parti.

Un avocat de la LND était aussi visé, mais les forces de sécurité ne l'ont pas trouvé. "Son frère a été battu (...) et torturé parce qu'il n'y avait personne à arrêter", selon un ex-député.

Les médias d'État ont averti dimanche les députés qui ne reconnaissent pas la légitimité du coup d'État et ont créé un comité pour représenter le gouvernement civil qu'ils commettent "une haute trahison", passible de la peine de mort ou de 22 ans de détention.

Responsables locaux, hommes politiques, journalistes, militants, artistes : des centaines de personnes ont été interpellées depuis le 1er février. Celles arrêtées à Rangoun sont souvent conduites dans la tristement célèbre prison d'Insein où de nombreux prisonniers politiques ont effectué de lourdes peines sous les dictatures précédentes.

Face a la détérioration de la situation, certains Birmans fuient le pays. Une cinquantaine, dont huit policiers qui refusent de prendre part à la répression, ont gagné l'Inde voisine. La Birmanie a exigé de l'Inde le rapatriement des huit policiers "afin de préserver les bonnes relations entre les deux pays" dans une lettre que l'AFP a pu consulter. Une centaine de Birmans sont toujours entassés à la frontière dans l'espoir d'être autorisés à gagner le pays.

Les généraux font la sourde oreille au concert de protestations de la communauté internationale, divisée sur la réponse à apporter.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine