Ouïghours : en réponse à l'UE, la Chine sanctionne dix Européens

Un activiste ouïghour lors d'une manifestation, le 1er septembre 2020, devant le ministère des affaires étrangères allemand à Berlin.
Un activiste ouïghour lors d'une manifestation, le 1er septembre 2020, devant le ministère des affaires étrangères allemand à Berlin. AFP - TOBIAS SCHWARZ

La Chine a annoncé, lundi, des sanctions contre dix Européens, dont des parlementaires et des universitaires, et contre quatre organisations, en représailles à des sanctions de Bruxelles pour la répression de Pékin à l'encontre de la minorité musulmane des Ouïghours.

Publicité

La réponse ne s'est pas fait attendre. La Chine a répliqué à l'Union européenne en décidant, lundi 22 mars, de prendre des sanctions contre quatre entités et dix responsables européens, interdits de séjour en Chine continentale, à Hong Kong et à Macao et de faire des affaires avec le pays.

Cette annonce fait suite à des sanctions de l'UE contre quatre responsables chinois de la région chinoise du Xinjiang pour les violations des droits des Ouïghours. Il s'agit des premières sanctions européennes contre la Chine depuis un embargo sur les armes décrété en 1989 après la répression du mouvement démocratique de la place Tiananmen.

"Cette décision, qui ne repose sur rien d'autre que des mensonges et de la désinformation, ignore et déforme les faits", a annoncé le ministère chinois des Affaires étrangères dans un communiqué, ajoutant qu'il s'agissait d'une ingérence "grossière" dans ses affaires intérieures.

La Chine "s'oppose fermement et condamne vivement" les sanctions européennes, a indiqué lundi le ministère des Affaires étrangères, ajoutant que ses propres sanctions viseraient les citoyens européens ainsi que leurs familles, leur interdisant d'entrer en Chine continentale, à Hong Kong et Macau. Ces derniers "et les entreprises et institutions qui leur sont associées ont également l'interdiction de faire des affaires avec la Chine", a ajouté le ministère.

Le Français Raphaël Glucksmann parmi les personnes visées

Parmi les dix personnes visées figurent notamment les eurodéputés français Raphaël Glucksmann et allemand Reinhard Bütikofer, président de la Délégation pour les relations avec la Chine du Parlement européen, ou encore le chercheur allemand Adrian Zenz, dont les rapports sur le sort des Ouïghours dans la province du Xinjiang ont suscité de vives remontrances de Pékin.

Le Comité politique et de sécurité du Conseil de l'Union européenne et le Sous-comité aux droits humains du Parlement européen font partie des quatre organismes visés par les sanctions chinoises.

Paris a aussi qualifié ces mesures d'"inacceptables", dénonçant des "insultes" contre des chercheurs français et une polémique avec des parlementaires émanant de l'ambassade de Chine. Le ministère des Affaires étrangères a indiqué que ce serait le "message" signifié à l'ambassadeur Lu Shaye, qui a été convoqué.

Alors qu'un député néerlandais a été sanctionné, le Premier ministre des Pays-Bas Mark Rutte a condamné les sanctions chinoises dans les mêmes termes, et La Haye a convoqué l'ambassadeur de Chine pour protester. 

L'eurodéputé français Raphaël Glucksmann (groupe Socialistes&Démocrates), qui s'est engagé dans la défense des Ouïghours, s'est pour sa part dit flatté par la décision des autorités chinoises. "J'apprends que je suis visé par les sanctions chinoises, banni du territoire chinois (ainsi que toute ma famille!) et interdit de tout contact avec les institutions officielles et entreprises chinoises pour ma défense du peuple Ouïghour : c'est ma légion d'honneur", a-t-il affirmé sur Twitter.

Les défenseurs des droits estiment que plus d'un million de Ouïghours et d'autres minorités majoritairement musulmanes sont ou ont été détenus dans des camps dans cette région du Nord-Ouest, où la Chine est aussi accusée d'avoir stérilisé de force des femmes et imposé des travaux forcés.

"Graves atteintes aux droits de l'Homme"

De leur côté, les sanctions européennes — interdictions de visas et gels d'avoirs — sont motivées par le traitement des membres de la minorité musulmane ouïghoure dans le Xinjiang, territoire autonome du nord-ouest de la Chine.

Elles visent notamment le directeur du Bureau de la sécurité publique du Xinjiang, Chen Mingguo, accusé de "graves atteintes aux droits de l'Homme", de "détentions arbitraires et traitements dégradants infligés aux Ouïghours et aux membres d'autres minorités ethniques musulmanes, ainsi que d'atteintes systématiques à leur liberté religieuse".

Sont également concernés l'ancien responsable de cette province, Zhu Hailun, deux hauts responsables chinois, Wang Mingshan et Wang Junzheng, ainsi que le Bureau de la sécurité publique du Corps de production et de construction du Xinjiang.

Le Royaume-Uni et le Canada ont adopté les mêmes mesures que l'UE. Les États-Unis ont aussi sanctionné deux des quatre responsables chinois identifiés par les Européens.

Avec AFP et Reuters

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine