Accéder au contenu principal
Billet retour

Dix ans après le départ de la LRA, les Ougandais toujours traumatisés

Capture d'écran France 24

Pendant 20 ans, jusqu'en 2006, le nord de l’Ouganda a vécu au rythme d'exactions commises par l’Armée de résistance du Seigneur. Là-bas, plus de 100 000 personnes ont été massacrées et plus de 60 000 enfants enlevés pour servir de soldats ou d'esclaves sexuels. Retour à Gulu, ville particulièrement touchée, où les habitants restent traumatisés par ces atrocités. Nos reporters sont allés à la rencontre d’associations locales qui aident la jeune génération à aller de l’avant, malgré les stigmates.

PUBLICITÉ

Née d'un mouvement indépendantiste à la fin des années 1980, la tristement célèbre Armée de résistance du Seigneur (LRA) a semé la terreur dans le nord de l'Ouganda. En 2006, une trêve l'a forcée à quitter la région. Depuis, ses troupes, composées d'hommes et d'enfants menés par Joseph Kony, se déplacent entre la RD Congo, le Soudan du Sud et la Centrafrique, où elles multiplient les attaques et les enlèvements.

>> À voir sur France 24 : En Centrafrique, des ONG distribuent des radios aux villages isolés pour se protéger de la LRA

Depuis dix ans, le nord de l'Ouganda connaît une paix relative, mais les traces du conflit sont encore loin d'être effacées. Nos reporters sont partis à la rencontre des adultes d'aujourd'hui qui sont les enfants soldats d'hier.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.