Accéder au contenu principal

En image : Alger exulte après la démission d'Abdelaziz Bouteflika

Un homme brandit le drapeau algérien dans les rues d'Alger, juste après que le président Abdelaziz Bouteflika ait remis sa démission au Conseil constitutionnel.
Un homme brandit le drapeau algérien dans les rues d'Alger, juste après que le président Abdelaziz Bouteflika ait remis sa démission au Conseil constitutionnel. Ryad Kramdi, AFP

Spontanément, le peuple est descendu dans les rues de la capitale algérienne mardi soir, pour célébrer le départ du président Abdelaziz Bouteflika, au pouvoir depuis vingt ans.

PUBLICITÉ
Après un mois de contestation exemplaire, les Algériens ont obtenu, le départ d'Abdelaziz Bouteflika, à la tête du pays depuis vingt ans.
Après un mois de contestation exemplaire, les Algériens ont obtenu, le départ d'Abdelaziz Bouteflika, à la tête du pays depuis vingt ans. Ryad Kramdi, AFP

À Alger, un concert de klaxons a accueilli la nouvelle et beaucoup sont descendus en famille dans la rue pour saluer cette démission.
À Alger, un concert de klaxons a accueilli la nouvelle et beaucoup sont descendus en famille dans la rue pour saluer cette démission. Ryad Kramdi, AFP

Dans un pays où un habitant sur deux a moins de 25 ans, la jeunesse, durement frappée par le chômage, a été à la pointe des manifestations.
Dans un pays où un habitant sur deux a moins de 25 ans, la jeunesse, durement frappée par le chômage, a été à la pointe des manifestations. Ryad Kramdi, AFP

Beaucoup d'Algérois ont répété leur détermination à continuer de manifester malgré cette démission, refusant la transition prévue par la Constitution qui laisse aux commandes les acteurs du "système".
Beaucoup d'Algérois ont répété leur détermination à continuer de manifester malgré cette démission, refusant la transition prévue par la Constitution qui laisse aux commandes les acteurs du "système". Ramzi Boudina, Reuters

Souvent joyeux, parfois émus, nombre d'Algérois se donnent rendez-vous pour un septième vendredi consécutif de manifestation, pour faire chuter "tout le système".
Souvent joyeux, parfois émus, nombre d'Algérois se donnent rendez-vous pour un septième vendredi consécutif de manifestation, pour faire chuter "tout le système". Ramzi Boudina, Reuters

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.