Accéder au contenu principal

Attaque au couteau en Suisse : l'assaillante fichée pour radicalisation

Une voiture de police sur les lieux de l'attaque, à Lugano, en Suisse, le 24 novembre 2020.
Une voiture de police sur les lieux de l'attaque, à Lugano, en Suisse, le 24 novembre 2020. AP - Pablo Gianinazzi
4 mn

La jeune Suisse de 28 ans qui a blessé deux personnes avec un couteau, mardi, dans un grand magasin de Lugano, dans le sud du pays, avait déjà été placée en institution psychiatrique, après avoir tenté de rejoindre un combattant jihadiste en Syrie en 2017.

Publicité

La jeune femme responsable de l'agression au couteau, qui a fait deux blessés mardi 24 novembre dans un supermarché de Lugano, était connue pour radicalisation, a fait savoir la police suisse, mercredi.

Le parquet fédéral, qui soupçonne un "acte terroriste", s'est saisi de l'enquête. "Les investigations policières de 2017 ont montré que la personne était tombée amoureuse, à l'époque, sur les médias sociaux, d'un combattant djihadiste en Syrie", a écrit l'Office fédéral de la police (Fedpol) sur Twitter. Elle a tenté de le rejoindre, mais a été arrêtée à la frontière syrienne par les autorités turques et renvoyée en Suisse, poursuit-elle.

"La personne souffrait à l'époque de problèmes psychologiques. Elle a été placée à son retour en institution psychiatrique. Depuis 2017, la personne n'est plus apparue dans des affaires liées au terrorisme [...]", ajoute Fedpol.

Une possible "motivation terroriste"

Dès mardi, la police régionale du Tessin, avait évoqué une possible "motivation terroriste". Selon les premiers éléments de l'enquête, l'assaillante a tenté d'étrangler de ses mains nues l'une des deux femmes et blessé la deuxième au cou avec un couteau. L'une de ses victimes est dans un état grave, mais ses jours ne sont pas en danger et l'autre n'est que légèrement blessée

D'autres clients de la grande surface ont réussi à maîtriser la jeune femme, qui a été arrêtée, avait ajouté la police régionale. "Cette attaque ne me surprend pas", avait déclaré mardi soir la directrice de la police fédérale, Nicoletta della Valle, soulignant que ce genre d'attaques survenait partout dans le monde.

Cette dernière a évoqué l'autre affaire de ce type en Suisse, à savoir le meurtre à l'arme blanche d'un ressortissant portugais de 29 ans, commis à Morges dans l'est de la Suisse le 12 septembre dernier. Le cas fait actuellement l'objet d'une enquête dans un cadre terroriste présumé.

"La situation est extrêmement grave", selon le chef du gouvernement tessinois Norman Gobbi, qui part du principe que la femme s'est radicalisée, rapporte l'agence ATS. Sur twitter, le chancelier autrichien Sebastian Kurz a condamné "l'attaque terroriste islamiste de Lugano". Nous tiendrons tête ensemble en Europe au terrorisme islamiste et nous défendrons nos valeurs, a-t-il ajouté.

Début novembre, quatre personnes ont été tuées et plusieurs autres blessées dans un attentat à Vienne. À l'origine de cette attaque, un "sympathisant" de l'organisation État islamique, qui avait tenté de rejoindre la Syrie.

Deux Suisses de 18 et 24 ans avaient été arrêtés près de Zurich, après l'attentat de Vienne, car ils avaient des liens avec l'auteur de l'attaque et étaient connus des autorités suisses dans le cadre de procédures pénales liées au terrorisme.

La Suisse n'a pas connu d'attaques d'extrémistes jihadistes d'envergure, comme cela a pu être le cas chez ses voisins européens.

Avec AFP et Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.