Covid-19 : le Royaume-Uni, premier pays occidental à lancer une campagne massive de vaccination

Margaret Keenan est devenue à 90 ans la première patiente au monde à recevoir le vaccin de l'alliance américano-allemande Pfizer/BioNTech, le 8 décembre 2020, à Coventry.
Margaret Keenan est devenue à 90 ans la première patiente au monde à recevoir le vaccin de l'alliance américano-allemande Pfizer/BioNTech, le 8 décembre 2020, à Coventry. Jacob King POOL/AFP
11 mn

Le Royaume-Uni a commencé mardi à administrer aux personnes les plus vulnérables les premières doses d'un vaccin contre le nouveau coronavirus, espérant de cette campagne historique, la première dans un pays occidental, "une énorme avancée" dans sa lutte contre la pandémie.

Publicité

Le Royaume-Uni a commencé, mardi 8 décembre, à déployer le vaccin contre le Covid-19 mis au point par le laboratoire américain Pfizer et son partenaire allemand BioNTech, devenant le premier pays occidental à entamer une campagne de vaccination de sa population dans l'espoir d'endiguer l'épidémie.

Margaret Keenan, une grand-mère britannique de 90 ans, est devenue la première patiente au monde à recevoir ce vaccin. "Je me sens si privilégiée d'être la première personne à être vaccinée contre le Covid-19, c'est le meilleur cadeau d'anniversaire anticipé que j'aurais pu espérer", a déclaré sous les flashs des photographes cette patiente de l'hôpital de Coventry, dans le centre de l'Angleterre, qui aura 91 ans la semaine prochaine. "Cela signifie que je peux finalement envisager de passer du temps avec ma famille et mes amis dans la nouvelle année après avoir été seule durant une grande partie de l'année", a-t-elle ajouté, citée par l'agence de presse Press Association.  

"Cette journée marque une énorme avancée dans la lutte du Royaume-Uni contre le coronavirus", s'est félicité le Premier ministre conservateur Boris Johnson. "Mais la vaccination de masse prendra du temps", a-t-il mis en garde, appelant à continuer à respecter les restrictions en place. 

"Un virage décisif dans la lutte contre la pandémie"

Alors que le Royaume-Uni est le pays européen le plus affecté par la crise sanitaire, avec plus de 61 000 décès recensés, le Premier Boris Johnson espère inverser la tendance en mettant en circulation le vaccin de Pfizer et BioNTech avant les États-Unis et l'Union européenne.

"Le déploiement de ce vaccin marque un virage décisif dans la lutte contre la pandémie", a déclaré l'un des dirigeants des services de santé britanniques (NHS), Simon Stevens. "Le personnel des NHS est fier d'ouvrir la voie en devenant le premier service de santé au monde à débuter la vaccination".

Quelque 40 millions de doses du vaccin de Pfizer et BioNTech ont été commandées. Deux doses étant nécessaires par personne, cela va permettre de vacciner 20 millions de personnes sur les 67 millions d'habitants que compte le pays.

04:05

Environ 800 000 doses devraient être disponibles durant la première semaine. En Angleterre, au pays de Galles, en Écosse et en Irlande du Nord, la priorité est donnée aux résidents et employés des maisons de retraite. Suivront les soignants et les plus de 80 ans, et ainsi de suite par âge décroissant.

Les autorités espèrent vacciner d'ici au printemps les neuf catégories prioritaires, qui comprennent les plus de 50 ans, les soignants et les personnes à risque. Elles représentent 99 % des décès. 

Selon des journaux britanniques, la reine Elizabeth II, 94 ans, et son époux le prince Philip, 99 ans, seront vaccinés prochainement. Ils pourraient même le faire en public afin d'encourager le plus grand nombre à se faire vacciner et contrer les antivaccins.

D'autres célébrités ou influenceurs sur les réseaux sociaux pourraient être mis à contribution, le tabloïd The Mirror citant le chanteur Bob Geldof ou le guitariste des Rolling Stones, Ronnie Wood. Le ministre de la Santé s'est dit prêt à se faire vacciner en direct à la télévision.  

40 % des Britanniques assez confiants

Le déploiement du vaccin a valeur de test pour les réseaux de distribution de Pfizer et BioNTech, alors que les doses du vaccin doivent être conservées à une température de -70 degrés et au maximum cinq jours dans un réfrigérateur classique.

Outre les défis techniques, les autorités se sont lancées dans un exercice de pédagogie pour convaincre les Britanniques de l'importance de se faire vacciner, craignant de se heurter au scepticisme de certains.

Selon un sondage YouGov publié lundi, 28 % de Britanniques sont "très confiants" de la sûreté du vaccin Pfizer/BioNTech et 40 % "assez confiants", 23 % se disent "pas très confiants" ou "pas du tout confiants". 

Avec AFP et Reuters

La course aux vaccins contre le Covid-19.
La course aux vaccins contre le Covid-19. © Studio graphique France 24

 

 

 

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine