Covid-19 : le vaccin BioNTech/Pfizer neutralise une mutation des variants britannique et sud-africain

Des seringues contenant le vaccin Pfizer-BioNTech Covid-19 reposent sur un plateau dans une salle de vaccination de l'hôpital St. Joseph à Orange, en Californie, le 7 janvier 2021.
Des seringues contenant le vaccin Pfizer-BioNTech Covid-19 reposent sur un plateau dans une salle de vaccination de l'hôpital St. Joseph à Orange, en Californie, le 7 janvier 2021. © Jae C. Hong, AP
4 mn

Le vaccin contre le Covid-19 de BioNTech/Pfizer peut neutraliser une "mutation clé" des variants britannique et sud-africain, selon le résultat de travaux communiqués vendredi par le laboratoire BioNTech. Toutefois, l'une des limites de cette étude succincte, soulignée par les auteurs eux-mêmes, est qu'elle ne porte pas sur l'ensemble des mutations présentes sur ces variants.

Publicité

Le vaccin contre le Covid-19 de BioNTech/Pfizer semble efficace contre une "mutation clé" des variants britannique et sud-africain du coronavirus, selon le résultat de travaux communiqués, vendredi 8 janvier, par le laboratoire BioNTech.

"Les anticorps des personnes ayant reçu le vaccin Pfizer-BioNTech Covid-19 neutralisent efficacement le SRAS-CoV-2 avec une mutation clé qui se trouve également dans deux souches hautement transmissibles" identifiées au Royaume-Uni et en Afrique du Sud, indique le laboratoire dans un communiqué.

L'une des limites de cette étude succincte, soulignée par les auteurs eux-mêmes, est qu'elle ne porte pas sur l'ensemble des mutations présentes sur ces variants.

Elle ne suffit donc pas à conclure que l'efficacité du vaccin sera la même contre les variants que contre le virus classique.

Résultats limités

L'émergence au Royaume-Uni et en Afrique du Sud de ces deux nouveaux variants du coronavirus Sars-CoV-2 inquiète la communauté internationale en raison de sa plus forte transmissibilité, selon les premières données.

La nouvelle variante comporte notamment une mutation, nommée N501Y, au niveau de la protéine Spike (spicule) du coronavirus, la pointe qui se trouve à sa surface et lui permet de s'attacher aux cellules humaines pour les pénétrer, jouant donc un rôle clé dans l'infection virale.

Pour tester l'efficacité du vaccin, les équipes de Pfizer/BioNTech associées à l'université de médecine du Texas ont développé un coronavirus porteur de cette mutation puis ont prélevé des échantillons de sang de vingt personnes qui avaient reçu le vaccin Pfizer/BioNTech, l'un des vaccins contre le Covid-19 actuellement distribué dans de nombreux pays.

Ils n'ont trouvé "aucune réduction de l'activité de neutralisation" vis-à-vis du virus porteur de la mutation par rapport au virus classique, selon le communiqué.

Les auteurs ont déclaré que les résultats étaient limités car ce test n'avait pas été fait sur "l'ensemble complet des protéines Spike trouvées sur les souches à propagation rapide au Royaume-Uni ou en Afrique du Sud".

Un nouveau vaccin contre de nouveaux variants en six semaines

Les experts ont exprimé un optimisme prudent face aux résultats.

"Ce sont de bonnes nouvelles, principalement parce que ce ne sont pas de mauvaises nouvelles", a déclaré Stephen Evans, professeur à la London School of Hygiene and Tropical Medicine.

"Si le résultat opposé avait été trouvé, que le vaccin ne semblait pas avoir d'efficacité contre la variation du virus étudié, cela aurait été mauvais et très préoccupant"

Le mois dernier, le laboratoire allemand BioNTech a déclaré qu'il disposait de la technologie pour produire un nouveau vaccin contre de nouveaux variants du Sars-CoV-2 en six semaines.

Eleanor Riley, professeur d'immunologie et de maladies infectieuses à l'Université d'Edimbourg, a déclaré qu'il y avait lieu d'être optimiste sur le fait que les vaccins à ARN messager pourraient s'avérer efficaces contre de nombreuses variantes porteuses de mutations.

"Il y aura d'autres nouvelles mutations et nous devrons surveiller attentivement la situation en répétant ce type d'étude sur les nouvelles variantes au fur et à mesure qu'elles apparaissent", a-t-elle déclaré.

L'UE a annoncé, vendredi, qu'elle avait conclu un accord pour doubler son approvisionnement en vaccin Pfizer/BioNTech Covid-19 qui sera porté à un total de 600 millions de doses.

Avec AFP

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine