Bruxelles exige la "libération immédiate" de l’opposant russe Alexeï Navalny

Le président du Conseil européen, Charles Michel, lors d'une vidéoconférence le 19 novembre 2020.
Le président du Conseil européen, Charles Michel, lors d'une vidéoconférence le 19 novembre 2020. © Olivier Matthys, AFP
2 mn

Rentré dimanche en Russie, l’opposant à Vladimir Poutine a été arrêté et maintenu en détention depuis. Le président du Conseil européen, Charles Michel, a annoncé avoir téléphoné vendredi au président russe pour exiger sa "libération immédiate".

Publicité

L’Union européenne a de "sérieuses inquiétudes" sur le sort de l’opposant russe Alexeï Navalny. Le président du Conseil européen, Charles Michel, a annoncé avoir téléphoné vendredi 22 janvier au président Vladimir Poutine pour exiger la "libération immédiate" de l'opposant.

Charles Michel a également appelé "au respect intégral et inconditionnel des droits" d’Alexeï Navalny. L’opposant a été arrêté dimanche à son arrivée en Russie depuis l’Allemagne où il avait été soigné à la suite d'un empoisonnement avec un agent neurotoxique. L'UE a sanctionné plusieurs membres de l'entourage du président russe impliqués dans cette tentative d'assassinat.

Après un bref passage devant un tribunal lundi, Alexeï Navalny a été maintenu en détention.

>> À lire aussi : "Alexeï Navalny ou le parcours semé d'embûches d'un militant anticorruption"

Charles Michel, chef de l'instance représentant les Vingt-Sept, a pris l'initiative de contacter le président russe au lendemain d'un sommet européen afin de renouveler la demande des dirigeants de l'UE d'une libération immédiate de l'opposant russe. Plusieurs États membres et le Parlement européen exigent l'adoption de nouvelles sanctions européennes.

Débat stratégique en mars

Les ministres des Affaires étrangères de l'UE doivent engager lundi une réflexion sur les mesures à adopter pour soutenir les demandes de libération de l'opposant russe. Mais aucune décision ne devrait être prise lors de cette réunion, organisée en visioconférence à cause de la pandémie, a-t-on indiqué de source diplomatique.

Charles Michel a informé Vladimir Poutine de la décision de convoquer "un débat stratégique sur les relations UE-Russie" lors du sommet européen de mars.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine