Covid-19 : l'Union européenne met la pression sur les fabricants de vaccins

Ursula von der Leyen lors de son discours au Parlement européen à Bruxelles, le 20 janvier 2021.
Ursula von der Leyen lors de son discours au Parlement européen à Bruxelles, le 20 janvier 2021. © John Thys, AFP
|
Vidéo par : Pierre BENAZET
10 mn

Bénéficiaires d'investissements massifs de l'Union européenne, les fabricants de vaccins "doivent maintenant tenir leurs promesses et honorer leurs obligations", a averti mardi la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen. Cette déclaration fait suite à des annonces de retards de livraisons en Europe.

Publicité

La réponse de l'UE aux fabricants de vaccins. Après des annonces de retards de livraisons des précieuses doses en Europe, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a demandé, mardi 26 janvier, aux fabricants de vaccins anti-Covid-19, bénéficiaires d'investissements massifs de l'UE, de "tenir leurs promesses et honorer leurs obligations", tout en promettant un mécanisme destiné à contrôler les acheminements de doses hors d'Europe.

"L'Europe a investi des milliards pour développer les premiers vaccins et créer un véritable bien commun mondial. Maintenant, les entreprises doivent tenir leurs promesses", a-t-elle affirmé dans une intervention en vidéo au Forum économique mondial de Davos.

Déjà à cran après des difficultés d'acheminement du vaccin Pfizer-BioNTech, le premier déployé dans l'UE, Bruxelles est sous pression après l'annonce de retards dans la livraison de celui d'AstraZeneca, en raison d'une "baisse de rendement" sur un site de fabrication européen du laboratoire britannique.

Alors que le feu vert du régulateur européen pour ce vaccin est attendu vendredi, Ursula von der Leyen a téléphoné lundi au patron d'AstraZeneca pour lui rappeler que "l'UE avait investi d'importants montants (...) précisément pour s'assurer que la production monte en puissance" avant sa commercialisation.

"C'est pourquoi nous allons mettre sur pied un mécanisme de transparence sur les exportations de vaccins", a rappelé la cheffe de l'exécutif européen dans son discours.

"Nous cherchons à comprendre le problème"

Ce mécanisme, dont l'élaboration doit se concrétiser cette semaine, exigerait des firmes pharmaceutiques qu'elles notifient auprès des autorités européennes leurs exportations hors de l'UE des doses qui y sont produites.

Bruxelles y voit une contrepartie après avoir "pris sa part du risque pour être sûre que ces capacités soient là (...). C'est un investissement considérable, c'est donc normal et très raisonnable que la Commission puisse surveiller ce qui est fait avec les doses fabriquées en utilisant ces capacités de production financées par l'UE", a insisté un porte-parole.

>> À lire aussi : "Vaccins anti-Covid-19 : Pasteur et Sanofi, symboles du recul de la recherche française ?"

Y a-t-il un lien avec les retards de livraison qu'annonce AstraZeneca ? Le laboratoire, déjà convoqué lundi à deux réunions avec des représentants des États membres et de la Commission, devra s'expliquer à nouveau mercredi devant le même comité.

"Nous cherchons à comprendre le problème", a observé un porte-parole de l'exécutif européen. "Nous voyons que des doses sont livrées ailleurs. Or nous avons signé un accord (avec AstraZeneca) dès août (2020), les États membres ont placé leurs commandes en octobre. Nous sommes maintenant fin janvier, ces doses devraient être prêtes à être livrées."

Vers une "Barda" européenne

L'UE se défend toutefois de tout nationalisme vaccinal, rappelant contribuer à promouvoir le déploiement de la vaccination à l'échelle du globe, à travers le programme international Covax destiné à approvisionner les pays à faibles revenus.

"Aucune entreprise privée ni autorité publique ne peut arriver seule" au développement aussi rapide d'un vaccin, a également observé Ursula von der Leyen, notant que le partenariat public-privé devait constituer un modèle pour "les futurs risques majeurs".

L'UE a ainsi proposé en novembre de créer une nouvelle autorité, équivalent de l'Autorité pour la recherche et développement avancée dans le biomédical (Barda) aux États-Unis, laquelle dispose de moyens colossaux pour collaborer avec les laboratoires.

Dans le cadre de cette agence, baptisée Health Emergency Response Authority (HERA), qui pourrait être mise sur pied en 2023, un "programme de préparation de biodéfense" public-privé associant industrie pharmaceutique et organismes de recherche sera établi pour se préparer aux prochaines crises sanitaires, a précisé Ursula von der Leyen.

Doté d'un financement "à long terme", ce programme "permanent" sera "proactif, car nous ne pouvons attendre la prochaine pandémie pour commencer à se préparer", a ajouté la dirigeante allemande. "Il sera entièrement dédié à la découverte de pathogènes connus et émergents, ainsi qu'au développement et à la production de vaccins à l'échelle suffisante pour y faire face".

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine