Italie : après la démission de Conte, le président donne quatre jours aux partis pour négocier

Le président italien Sergio Mattarella s'exprimant lors d'une conférence de presse au palais du Quirinal, à Rome, le 29 janvier 2021.
Le président italien Sergio Mattarella s'exprimant lors d'une conférence de presse au palais du Quirinal, à Rome, le 29 janvier 2021. © Présidence italienne, via Reuters

Le président italien, Sergio Mattarella, a annoncé vendredi que les partis au pouvoir disposaient de quatre jours pour négocier et trouver une majorité parlementaire, en vue de former un nouveau gouvernement. Privé de majorité, le Premier ministre Giuseppe Conte avait dû démissionner mardi.

Publicité

Les partis politiques au pouvoir vont avoir quatre jours pour négocier en vue de former un nouveau gouvernement, a annoncé vendredi 29 janvier le président italien, Sergio Mattarella. L’Italie s’est enfoncée un petit peu plus dans la crise politique après la démission mardi du Premier ministre Giuseppe Conte.

Sergio Mattarella a indiqué qu'une majorité parlementaire pouvait être trouvée sur la base "des mêmes groupes qui soutenaient le gouvernement précédent". Il a chargé le président de la Chambre des députés, Roberto Fico, d'ouvrir des négociations plus en détail jusqu'à mardi.

Giuseppe Conte a été contraint à la démission mardi, près de deux semaines après le retrait de sa coalition de l'ex-chef du gouvernement Matteo Renzi et de son petit parti, Italia Viva (IV), indispensable pour avoir la majorité parlementaire.

Le Premier ministre continue à gérer les affaires courantes en pleine pandémie de Covid-19. Celle-ci a fait plus de 87 000 morts dans le pays et causé une profonde récession.

Le M5S soutient Conte

Mais cette crise politique fait peser un doute sur la capacité de l'Italie à gérer l'épidémie et à mettre en œuvre un plan de relance de 222,9 milliards d'euros qu'elle doit soumettre d'ici au 30 avril à Bruxelles.

Plus tôt vendredi soir, le Mouvement 5 Étoiles (M5S, antisystème avant son arrivée au pouvoir), principal soutien de Giuseppe Conte, s'était finalement dit prêt à discuter avec Matteo Renzi, après avoir dans un premier temps exclu catégoriquement cette possibilité.

Un revirement immédiatement salué par le parti de Matteo Renzi, qui risque de causer des fractures au sein du M5S, où il aura du mal à être accepté.

"Pour le Mouvement, la seule personne capable de conduire avec sérieux et efficacité le pays à travers cette phase particulièrement complexe est Giuseppe Conte", a toutefois insisté Vito Crimi, haut responsable du M5S.

Critiques sur la gestion de la crise sanitaire

Le président Sergio Mattarella avait entamé des consultations mercredi avec les principaux dirigeants politiques du pays pour chercher une solution à la crise politique.

L'autre pilier de la coalition gouvernementale, le Parti démocrate (PD, centre-gauche) avait réaffirmé jeudi son soutien à Giuseppe Conte pour diriger un nouveau gouvernement, tandis que l'opposition de droite et d'extrême droite poussait pour des élections anticipées en raison de sondages favorables.

Face à la presse, Sergio Mattarella a souligné que les entretiens avaient fait ressortir "la perspective d'une majorité politique composée des mêmes groupes qui soutenaient le gouvernement précédent".

Le retrait par Matteo Renzi de la coalition au pouvoir, le 13 janvier, faisait suite à des semaines de critiques sur la gestion de la crise sanitaire et les plans de dépenses économiques de Giuseppe Conte.

Le Premier ministre Giuseppe Conte, membre d'aucun parti, mais proche du Mouvement 5 Étoiles, reste toutefois le dirigeant politique auquel les Italiens font le plus confiance (52 %), selon un sondage publié jeudi.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine