Après le Brexit, le Royaume-Uni va postuler au traité commercial transpacifique

Le Royaume-Uni a annoncé samedi 30 janvier 2021 qu'il allait demander son adhésion au partenariat transpacifique global et progressiste (CPTPP).
Le Royaume-Uni a annoncé samedi 30 janvier 2021 qu'il allait demander son adhésion au partenariat transpacifique global et progressiste (CPTPP). © Claudio Reyes, AFP
4 mn

Londres a annoncé samedi que le pays allait demander officiellement à adhérer au traité commercial transpacifique, regroupant onze pays d'Asie et du continent américain. Le Royaume-Uni est sorti du marché unique européen à l'occasion du Brexit.

Publicité

D'une union commerciale vers une autre ? Un mois après être sorti du marché unique européen à l'occasion du Brexit, le Royaume-Uni va postuler au traité commercial transpacifique, a annoncé le pays samedi 30 janvier. Cette alliance commerciale regroupe onze pays d'Asie et du continent américain.

La ministre britannique au commerce international, Liz Truss, formalisera lundi cette demande d'adhésion de Londres au partenariat transpacifique global et progressiste (CPTPP), dont font déjà partie l'Australie, le Canada, le Chili, le Japon, le Mexique et le Vietnam notamment.

>> À voir sur France 24 : Brexit : les produits alimentaires britanniques bloqués par l'Union européenne

Les négociations entre Londres et les partenaires du traité transpacifique devraient commencer cette année, a ajouté le ministère britannique du Commerce international, dans un communiqué.

Cette initiative intervient un an après que le Royaume-Uni a quitté officiellement l'Union européenne fin janvier 2020, après quarante-sept ans d'orageuses relations. Londres avait ensuite bénéficié d'une période transitoire, jusqu'au 31 décembre 2020, pendant laquelle les Britanniques ont continué d'appliquer les normes de l'UE avant de sortir du marché unique et de l'union douanière européenne.

Accords post-Brexit

Un accord de libre-échange a été conclu fin décembre, après d'âpres négociations, entre Londres et Bruxelles pour encadrer leurs relations après leur rupture historique.

Prenant pied en Asie, Londres avait précédemment signé, en octobre, un premier accord commercial bilatéral majeur post-Brexit avec le Japon. En décembre, il signait un autre accord de libre-échange, cette fois avec Singapour, plateforme financière et commerciale majeure, membre de l'Asean (Association des Nations d'Asie du Sud-Est) et du CPTPP .

"Postuler pour devenir le premier nouveau pays à rejoindre le CPTPP prouve notre ambition de faire des affaires dans les meilleures conditions avec nos amis et partenaires partout dans le monde et d'être un fervent champion du libre-échange mondial", s'est félicité le Premier ministre britannique, Boris Johnson.

Une adhésion au traité CPTPP offrira "d'énormes occasions", a assuré de son côté Liz Truss, "cela signifiera des droits de douane plus bas pour les constructeurs automobiles et les producteurs de whisky et un meilleur accès pour nos excellents fournisseurs de services, créant des emplois de qualité et une plus grande prospérité pour les gens d'ici".

"Un autre bloc commercial au bout du monde"

Karan Bilimoria, le président du CBI (Confederation of British Industry) – principale organisation patronale britannique – a salué pour sa part une initiative qui ouvre "un nouveau chapitre de notre politique commerciale indépendante", une adhésion au CPTPP ayant "le potentiel de créer de nouvelles opportunités pour les entreprises britanniques dans différents secteurs".

Le ton est moins enthousiaste du côté de l'opposition travailliste, sa responsable au commerce international Emily Thornberry soulignant que le Labour examinerait de près les modalités d'adhésion au pacte commercial.

Après cinq ans de débats sur le Brexit, les Britanniques questionneront la décision du gouvernement de "se précipiter à en rejoindre un autre [bloc commercial] à l'autre bout du monde sans aucune consultation publique significative", a également affirmé Emily Thornberry.

Le CPTPP a été lancé en 2019 pour supprimer les barrières commerciales entre les onze pays qui le composent, et qui représentent près de 500 millions de consommateurs dans la région Asie-Pacifique. Son objectif est aussi de contrer l'influence économique croissante de la Chine.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine