Covid-19 : l'Agence européenne des médicaments favorable à un traitement par anticorps

Échantillons pour des tests d'anticorps contre le Covid-19 mis au point au centre de recherche allemand DZNE à Bonn, le 18 mai 2020.
Échantillons pour des tests d'anticorps contre le Covid-19 mis au point au centre de recherche allemand DZNE à Bonn, le 18 mai 2020. © Martin Meissner, AFP, archives

L'Agence européenne en charge de la régulation des médicaments a donné, vendredi, un avis favorable au déploiement du traitement par anticorps de la compagnie américaine Regeneron. Il s'agit du médicament qui avait été utilisé pour soigner, en 2020, l'ex-président américain Donald Trump.

Publicité

Le traitement "miracle" qui avait permis à Donald Trump de se rétablir du Covid-19 à l'automne dernier sera bientôt accessible aux Européens. L'Agence européenne des médicaments (AEM) en effet émis, vendredi 26 février, un avis favorable à l'utilisation provisoire du traitement par anticorps de la compagnie américaine Regeneron.

En combinant deux anticorps synthétiques, ce médicament parvient à réduire la quantité de virus présente au fond du nez et de la gorge des patients testés positifs au Covid-19.

Le régulateur européen des médicaments affirme en avoir conclu que REGN-COV2 peut être utilisé comme traitement chez les patients "qui ne nécessitent pas d'oxygène supplémentaire et qui ne présentent pas un risque élevé d'évolution vers une forme sévère du Covid-19."

REGN-COV2 est une combinaison de casirivimab et d'imdevimab, deux anticorps monoclonaux administrés aux patients par perfusion, a déclaré l'EMA.

Fabriqués en laboratoire, ces anticorps de synthèse miment l'action des anticorps naturellement produits par le système immunitaire en cas d'infection.

Casirivimab et imdevimab, ont été conçus pour s'attaquer à la protéine S, qui forme les petites pointes à la surface du virus, a déclaré l'EMA. L'anticorps s'agrippe à ces pointes, l'empêchant de s'arrimer à la cellule humaine pour l'infecter.

Un examen continu des deux anticorps, qui a débuté le 1er février, était "en cours", a déclaré le régulateur européen, ajoutant qu'"une fois finalisé, il constituera la base d'une autorisation de mise sur le marché de l'UE pour cette combinaison".

La France commande de milliers de traitements

L'annonce fait suite à la réunion mensuelle de l'EMA, basée à Amsterdam, où elle a également recommandé l'approbation de six autres médicaments, notamment le premier traitement oral pour les patients atteints de certains types d'atrophie musculaire spinale, une maladie génétique rare et souvent mortelle qui provoque une faiblesse musculaire et une perte progressive de motricité.

L'Agence américaine des médicaments (FDA) a donné en novembre son autorisation d'urgence pour l'utilisation du REGN-COV2.

La France a également annoncé, jeudi, avoir distribué des milliers de traitements aux anticorps monoclonaux dans les hôpitaux.

L'EMA n'a, cependant, pas fait d'annonce vendredi sur l'approbation du vaccin contre le Covid-19 de Johnson & Johnson, qui a demandé plus tôt ce mois-ci une autorisation de mise sur le marché de l'Union européenne.

Un panel américain d'experts indépendants s'est réuni vendredi afin de se pencher sur un éventuel feu vert au déploiement du vaccin de Johnson & Johnson sur le sol américain.

L'Agence européenne des médicaments a, jusqu'à présent, autorisé trois vaccins au sein de l'UE : ceux de Pfizer/BioNTech, Moderna et AstraZeneca.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine