Manifestations pro-Navalny : plus de 1000 interpellations à travers la Russie

Rassemblement en soutien à Alexeï Navalny, le 21 avril 2021 à Moscou.
Rassemblement en soutien à Alexeï Navalny, le 21 avril 2021 à Moscou. © Evgenia Novozhenina, Reuters

La police russe a interpellé plus de 1 000 manifestants à travers le pays mercredi lors de rassemblements en soutien à Alexeï Navalny, a rapporté une ONG locale, alors que l'état de santé de l'opposant russe inquiète après qu'il a entamé une grève de la faim en prison. 

Publicité

Dans l'espoir de parasiter le grand discours annuel du président russe Vladimir Poutine, les partisans de l'opposant emprisonné Alexeï Navalny ont manifesté, mercredi 21 avril, dans une centaine de villes.

La police russe a interpellé plus de 1 000 personnes lors de ces rassemblements a déclaré l'ONG russe OVD-Info, spécialisée dans le suivi des rassemblements d'opposants. Lioubov Sobol, l'une des figures de la chaîne YouTube d'Alexeï Navalny, et Kira Iarmych, la porte-parole de l'opposant russe, ont toutes deux été placées en détention à Moscou quelques heures avant le rassemblement. Charles Michel, le président du Conseil européen, a déclaré que ces arrestations étaient "déplorables".

Les manifestants réunis dans le centre-ville de la capitale ont scandé "Liberté pour Navalny !" et "Laissez les docteurs rentrer !", en référence aux soins appropriés réclamés en prison par le principal opposant au pouvoir russe. L'épouse d'Alexeï Navalny, Youlia, a participé à la manifestation moscovite, durant laquelle son nom a été scandé. 

L'accès a une place près du Kremlin avait été bloqué par des barrières métalliques. Un dispositif similaire était installé sur la place Rouge, tandis que des dizaines de fourgons de police avaient été déployés sur les lieux.

Dans l'est du pays, à Vladivostok, entre 200 et 300 personnes sont venues soutenir Alexeï Navalny, certains brandissant des banderoles où l'on pouvait lire "Liberté pour les prisonniers politiques" ou "Non à la guerre, les répressions et la torture !".

Une mobilisation moins importante

Alors que l'opposition espérait les manifestations les plus massives dans l'histoire moderne de la Russie, les présentant comme une occasion de sauver la vie d'Alexeï Navalny, la mobilisation a semblé moins importante que lors de rassemblements organisés plus tôt cette année, avant que Navalny ne soit incarcéré.

Selon l'agence de presse Interfax, la police a recensé plus de 6 000 personnes prenant part à une manifestation jugée illégale à Moscou. L'opposition, via la chaîne YouTube de Navalny, a fait état d'une mobilisation dix fois supérieure dans la capitale.

Les partisans du principal détracteur du Kremlin, qui est emprisonné depuis février dans une colonie pénitentiaire à l'est de Moscou, craignent pour sa santé et exigent qu'il reçoive un traitement médical approprié. Les autorités russes répondent que Navalny est traité comme tous les autres prisonniers. Elles avaient averti que ces manifestations seraient illégales.

Dès la semaine prochaine, la justice doit examiner une demande du Parquet visant à classer comme "extrémistes" les organisations liées à l'opposant, ce qui exposerait tous ses militants à de lourdes peines de prison.

Avec Reuters et AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine