REPORTAGE

Exode à la frontière Ukraine-Pologne : "Ils nous refoulent juste parce qu'on est Noirs !"

Des Africains fuyant les combats en Ukraine, près de la gare de Lviv, le 28 février 2022.
Des Africains fuyant les combats en Ukraine, près de la gare de Lviv, le 28 février 2022. © Mehdi Chebil, France 24

De nombreux Africains fuyant la guerre en Ukraine ont affirmé sur les réseaux sociaux avoir été recalés à la frontière polonaise en raison de leur couleur de peau. À la gare de Lviv, dans l'ouest de l'Ukraine, France 24 a rencontré plusieurs étudiants africains ayant été refoulés sans raison au poste-frontière de Medyka. Des discriminations démenties par Kiev et Varsovie.

Publicité

Des civils sont-ils empêchés de fuir la guerre en Ukraine en raison de leur couleur de peau ? Des Africains affirment en tout cas avoir été refoulés à la frontière avec la Pologne tandis que d'autres personnes, blanches, étaient autorisées à passer. Des discriminations qui pourraient venir ternir le grand élan de solidarité affiché par les pays de l'Union européenne, tandis que des centaines de milliers de réfugiés continuent à affluer vers les frontières polonaise, hongroise, slovaque et roumaine de l'Ukraine.

Le blocage de la frontière polonaise pour les Africains n'est pas total car certains groupes ont pu passer, ce qui suggère plutôt un filtrage arbitraire des gardes-frontières locaux.

Des Africains tentant de fuir les combats, à proximité de la frontière polonaise de Medyka, le 25 février 2022.
Des Africains tentant de fuir les combats, à proximité de la frontière polonaise de Medyka, le 25 février 2022. © Mehdi Chebil, France 24

Mais lors d'un reportage dimanche 27 février à la gare de Lviv, grande ville de l'ouest de l'Ukraine située à environ 80 kilomètres de la frontière polonaise, France 24 a rencontré plusieurs étudiants africains qui affirment avoir été empêchés de pénétrer en Pologne par les gardes-frontières ukrainiens.

"On nous a bloqués à la frontière, on nous a dit que les Noirs ne rentrent pas. Pourtant, on voyait les Blancs rentrer...", se remémore ainsi Moustapha Bagui Sylla, un Guinéen qui étudiait la médecine en Ukraine. Le jeune homme a fui sa résidence universitaire de Kharkiv dès les premiers bombardements pour se lancer dans une folle course vers l'ouest.

Moustapha Bagui Sylla vivait depuis un an à Kharkiv (Ukraine), où il étudie la médecine à l'université.
Moustapha Bagui Sylla vivait depuis un an à Kharkiv (Ukraine), où il étudie la médecine à l'université. © Mehdi Chebil, France 24

Comme des dizaines de milliers de civils ukrainiens, il a enduré des heures de marche à pied et d'attente dans le froid sur la route de Medyka en Pologne. Mais son périple s'est heurté à l'intransigeance des gardes-frontières ukrainiens, qui lui ont intimé l'ordre de rebrousser chemin.

Un étudiant nigérian en train de faire la queue pour acheter des billets de train a décrit une scène similaire au même endroit. Son groupe, qui comprenait des femmes, est resté bloqué devant les grilles du poste-frontière tandis que les gardes ukrainiens faisaient passer des Blancs.

"Ils ne laissent pas passer les Africains. Les Noirs qui n'ont pas de passeports européens ne passent pas... Ils nous refoulent juste parce qu'on est noirs !", s'exclame Michael. "On est tous humains, on est nés comme ça, ils ne devraient pas nous discriminer sur la couleur de notre peau."

Jean Ngando (au centre), un Camerounais professeur de français qui vivait aussi à Kharkiv, affirme vouloir éviter la frontière polonaise par crainte de discrimination.
Jean Ngando (au centre), un Camerounais professeur de français qui vivait aussi à Kharkiv, affirme vouloir éviter la frontière polonaise par crainte de discrimination. © Mehdi Chebil, France 24

Selon Moustapha Bagui Sylla, les gardes ukrainiens ont justifié leur refoulement par des instructions de leurs homologues polonais, qui leur auraient dit "qu'il n'y avait plus de place pour les migrants" en Pologne.

Varsovie a fermement démenti toute discrimination. "Je ne sais pas ce qui se passe du côté ukrainien, mais nous admettons tout le monde quelle que soit la nationalité. Cela fait deux jours que je démens de fausses allégations comme ça", a affirmé à France 24 Anna Michalska, porte-parole des gardes-frontières polonais. Un deuxième communiqué polonais a confirmé qu'aucun visa n'était requis, que les cartes d'identité ou passeports, même périmés, étaient acceptés.

Natacha Daniels (au centre), étudiante de 20 ans à l'Université nationale d'économie de Kharkiv, a longtemps hésité à fuir car son passeport nigérian était entre les mains de l'administration de son université pour le renouvellement de son permis de résidence. L'intensification des combats l'a poussée à partir sans son passeport et elle craint désormais de ne plus pouvoir sortir d'Ukraine.
Natacha Daniels (au centre), étudiante de 20 ans à l'Université nationale d'économie de Kharkiv, a longtemps hésité à fuir car son passeport nigérian était entre les mains de l'administration de son université pour le renouvellement de son permis de résidence. L'intensification des combats l'a poussée à partir sans son passeport et elle craint désormais de ne plus pouvoir sortir d'Ukraine. © Mehdi Chebil, France 24

Un responsable des gardes-frontières ukrainiens a également démenti ces informations en insistant qu'il n'y avait aucune nationalité favorisée plus qu'une autre pour passer la frontière. La principale restriction de sortie du territoire vise actuellement les hommes de nationalité ukrainienne âgés de 18 à 60 ans, qui sont mobilisés pour défendre le pays face à l'invasion russe.

"Je ne sais pas ce qu'il s'est passé, ces personnes ont peut-être été refoulées parce qu'elles essayaient de griller la priorité dans la file d'attente", a ajouté Andriy Demchenko, porte-parole des gardes-frontières ukrainiens.

De nombreux Africains essaient de fuir l'Ukraine en prenant des trains depuis la gare de Lviv.
De nombreux Africains essaient de fuir l'Ukraine en prenant des trains depuis la gare de Lviv. © Mehdi Chebil, France 24

La situation humanitaire du côté ukrainien du poste-frontière de Medyka est extrêmement précaire pour tous les déplacés, comme l'a illustré un de nos récents reportages. Selon un document interne de la Commission européenne cité par Le Figaro, il faut désormais entre vingt et soixante-dix heures pour franchir les postes-frontières de la Pologne.

Pour les principaux concernés, ces refoulements arbitraires ressemblent à une double peine. Être renvoyé au statut de migrant économique est une véritable douche froide pour ces jeunes Africains venus faire des études avancées, avec des papiers en règle et de brillantes perspectives d'emploi. Dimanche, la plupart des Africains coincés à la gare de Lviv cherchaient désormais à fuir par la Roumanie, la Hongrie, ou la Slovaquie.

• DROIT DE RÉPONSE de l'ambassade de Pologne en France •

L'ambassade de Pologne à Paris a contacté France 24 pour "réitérer et souligner que la Pologne accepte tous les réfugiés à la frontière ukrainienne, quelle que soit leur nationalité". Selon le chef du service communication et diplomatie publique de l'ambassade, "déjà 1,2 million de personnes ont franchi la frontière polonaise depuis le début de l'invasion", parmi lesquelles "bien plus de 150 nationalités représentées par plusieurs milliers de personnes cherchant refuge."

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Emportez l'actualité internationale partout avec vous ! Téléchargez l'application France 24