LE FIL DU 18 AOÛT

Aux côtés de Zelensky et Guterres, Erdogan s'alarme du danger d'un "nouveau Tchernobyl"

Le président turc Tayyip Erdogan, le président ukrainien Volodymyr Zelensky et le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres lors d'une conférence de presse à Lviv, Ukraine, le 18 août 2022.
Le président turc Tayyip Erdogan, le président ukrainien Volodymyr Zelensky et le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres lors d'une conférence de presse à Lviv, Ukraine, le 18 août 2022. © Turkish Presidential Press Office via Reuters

Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a rencontré, en Ukraine, le président Volodymyr Zelensky et le président turc, Recep Tayyip Erdogan. Les trois dirigeants ont abordé les exportations de céréales et la situation de la centre nucléaire de Zaporijjia. Voici le fil du 18 août.

Publicité
  • 4 h 07 : Xi Jinping et Vladimir Poutine participeront au sommet du G20 à Bali, selon l'Indonésie

Les présidents chinois et russe Xi Jinping et Vladimir Poutine participeront au sommet du G20 prévu à Bali en novembre, a déclaré jeudi le président indonésien Joko Widodo à l'agence Bloomberg, indiquant que le chef du Kremlin l'avait informé directement de sa présence.

Aucun commentaire n'a été obtenu dans l'immédiat auprès des services de la présidence indonésienne. Le ministère chinois des Affaires étrangères n'a pas répondu dans l'immédiat à une demande de commentaire.

Cette déclaration intervient alors que les Occidentaux font pression sur l'Indonésie pour qu'elle retire son invitation à Vladimir Poutine du fait de l'offensive lancée par la Russie en Ukraine.

  • 23 h 43 : accusations russes de bombardement sur Energodar

Jeudi soir, un responsable de l'administration d'occupation prorusse de la région de Zaporijjia, Vladimir Rogov, a accusé les forces ukrainiennes d'avoir bombardé Energodar, la ville proche de la centrale nucléaire.

"Energodar est sous le feu. À 22 h 50 (heure locale, NDLR), les militants de Zelensky ont effectué un tir nourri d'artillerie lourde (...). Pour le moment, au moins sept projectiles d'artillerie lourde sont tombés dans la région d'Energodar", a-t-il déclaré sur Telegram.

  • 23 h 16 : en Russie, un dépôt de munitions en feu près de la frontière ukrainienne

Deux villages russes ont été évacués jeudi à cause d'un incendie qui s'est déclaré dans un dépôt de munitions situé près de la frontière avec l'Ukraine, ont annoncé les autorités locales.

Cet incendie intervient quelques jours après des explosions sur une base militaire et un dépôt de munitions situés en Crimée, péninsule ukrainienne annexée par Moscou, la Russie reconnaissant dans ce dernier cas un acte de "sabotage".

"Un dépôt de munitions a pris feu près du village de Timonovo", situé à moins de 50 km de la frontière ukrainienne dans la province de Belgorod, a déclaré dans un communiqué le gouverneur de la région, Viatcheslav Gladkov. Aucune victime n'est à déplorer, mais les habitants de Timonovo et du village voisin de Soloti ont été "déplacés à une distance sûre", a-t-il poursuivi, ajoutant que les autorités enquêtaient sur les raisons de ce feu.

  • 18 h 35 : Antonio Guterres affirme qu'endommager la centrale nucléaire de Zaporijjia serait un "suicide" 

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a averti que tout dégât porté à la centrale nucléaire de Zaporijjia en Ukraine serait un "suicide", alors que Kiev et Moscou s'accusent mutuellement de bombarder le site.

"Nous devons le dire tel que c'est : tout dégât potentiel à Zaporijjia serait un suicide", a déclaré M. Guterres lors d'une visite à Lviv, dans l'ouest de l'Ukraine, appelant une nouvelle fois à "démilitariser" la centrale, occupée par l'armée russe.

  • 18 h 20 : Erdogan s'alarme du danger d'un "nouveau Tchernobyl"

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a affirmé le soutien de la Turquie à l'Ukraine et s'est alarmé du danger d'un "nouveau Tchernobyl", en référence à la centrale nucléaire de Zaporijjia, occupée par la Russie.

"Alors qu'on poursuit nos efforts pour une solution, nous avons été et continuons d'être du côté de nos amis ukrainiens", a-t-il affirmé avant d'ajouter qu'il ne souhaite pas d'un "nouveau Tchernobyl".

  • 15 h 47 :  Zelensky appelle l'ONU à "assurer la sécurité" de la centrale nucléaire de Zaporijjia

Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a appelé l'ONU à "assurer la sécurité" de la centrale nucléaire de Zaporijjia, occupée par la Russie et visée par plusieurs bombardements, en recevant le secrétaire général Antonio Guterres.

M. Zelensky a dénoncé sur Telegram la "terreur délibérée" provoquée par la Russie, qui "peut avoir des conséquences catastrophiques majeures pour le monde entier". "L'ONU doit donc assurer la sécurité de ce site stratégique, sa démilitarisation et sa libération complète des troupes russes", a-t-il ajouté.

  • 15 h42 : la Russie dit travailler à l'échange de la basketteuse Griner

Le ministère russe des Affaires étrangères a déclaré qu'il était engagé dans une "diplomatie discrète" avec les États-Unis concernant un éventuel échange de prisonniers qui inclurait la star américaine de basket-ball Brittney Griner.

Le 4 août dernier, Brittney Griner a été condamnée à neuf ans de prison en Russie pour possession et trafic de stupéfiants, un verdict que le président américain, Joe Biden, a qualifié d'"inacceptable".

Washington, qui a fait valoir que Brittney Griner était détenue à tort, a proposé de l'échanger contre Viktor Bout, un marchand d'armes russe purgeant une peine de 25 ans de prison aux États-Unis.

  • 15 h 29 : la Russie ne recourra à l'arme nucléaire qu'en cas d'"urgence" ou de "riposte"

Le ministère russe des Affaires étrangères a déclaré que la Russie n'utiliserait son arsenal nucléaire que dans "des circonstances d'urgence" et qu'elle n'avait aucun intérêt à entrer en confrontation directe avec l'Otan et les États-Unis.

S'exprimant lors d'un point de presse, Ivan Netchaïev, porte-parole du ministère, a déclaré que l'arme nucléaire ne serait utilisée que comme mesure de "riposte".

  • 15 h 01 : Moscou déploie des missiles hypersoniques à Kaliningrad

La Russie a annoncé avoir déployé des avions équipés de missiles hypersoniques dernier cri à Kaliningrad, dans un contexte de vives tensions autour de cette enclave russe entourée de pays de l'Otan, en plein conflit en Ukraine.

"Dans le cadre de la mise en place de mesures stratégiques de dissuasion supplémentaire, trois MiG-31 avec des missiles hypersoniques Kinjal ont été redéployés sur l'aérodrome de Tchkalovsk dans la région de Kaliningrad", a déclaré le ministère russe de la Défense dans un communiqué.

  • 13 h 44 : deux avions de chasse russes "soupçonnés" d'avoir violé l'espace aérien finlandais

Deux avions de chasse russes sont soupçonnés d'avoir violé l'espace aérien finlandais jeudi, a déclaré le ministère finlandais de la Défense, alors que le pays nordique a déposé une candidature conjointe avec la Suède pour adhérer à l'Otan.

"Deux chasseurs russes Mig-31 sont soupçonnés d'avoir violé l'espace aérien finlandais dans le golfe de Finlande au large de Porvoo", a déclaré le ministère dans un communiqué.

L'armée de l'air finlandaise a fait décoller un appareil pour identifier les avions, a précisé le ministère, ajoutant que les gardes-frontières finlandais ont entamé une "enquête préliminaire".

L'incident s'est déroulé à 9 h 40 (6 h 40 GMT) et a duré environ deux minutes alors que les chasseurs volaient vers l'ouest sur environ un kilomètre, a précisé un porte-parole du ministère de la défense à l'AFP.

  • 9 h 40 : quatre morts dans les dernières frappes russes sur Kharkiv et sa région

Quatre personnes ont été tuées et 20 blessées jeudi matin dans des frappes russes ayant touché Kharkiv et une autre ville proche, dans le nord-est de l'Ukraine, ont annoncé les autorités régionales, au lendemain de frappes ayant fait sept morts.

"Autour de 4 h 30 (1 h 30 GMT), l'ennemi a lancé huit missiles de la ville de Belgorod [en Russie, NDLR] vers Kharkiv", a indiqué sur Telegram le gouverneur de la région, Oleg Sinegoubov, précisant que ces missiles s'étaient abattus sur plusieurs quartiers de la ville.

"Dans le quartier de Slobidsky, un des missiles a touché un immeuble résidentiel. Le bâtiment est partiellement détruit. Selon les données préliminaires, deux personnes sont mortes, 18 ont été blessées dont deux enfants", a-t-il indiqué.

Oleg Sinegoubov a ajouté qu'une attaque de missiles avait aussi touché vers 4 h la ville de Krasnograd, située à environ 80 kilomètres au sud de Kharkiv, faisant deux autres morts.

  • 8 h 28 : Moscou affirme ne pas avoir déployé "d'armes lourdes" dans la centrale de Zaporijjia

L'armée russe a assuré jeudi n'avoir pas déployé "d'armes lourdes" dans et autour de la centrale nucléaire de Zaporijjia, sous contrôle de Moscou dans le sud de l'Ukraine et touchée récemment par des frappes.

"Nous soulignons que les troupes russes n'ont pas d'armes lourdes dans l'enceinte de la centrale et dans les zones avoisinantes. Seules des unités assurant la sécurité se trouvent là-bas", a indiqué le ministère russe de la Défense dans un communiqué.

  • 5 h 34 : nouvelles frappes à Kharkiv

Nouvelles frappes signalées dans la nuit de mercredi à jeudi : selon Igor Terekhov, maire de Kharkiv, au moins cinq attaques de missiles ont eu lieu à partir de 4 h 32 locales contre plusieurs quartiers. Un "très gros incendie" sévit dans un bâtiment administratif, a-t-il précisé. Le gouverneur régional Oleg Sinegoubov a rapporté "plusieurs incendies" du fait de ces frappes, qui ont fait au moins cinq blessés dont un enfant.

  • 4 h 43 : au moins sept morts à Kharkiv

Sur le terrain, les combats se poursuivent et font de nouvelles victimes civiles, comme à Kharkiv, deuxième ville d'Ukraine, où selon les autorités du pays un missile a touché mercredi un immeuble résidentiel de trois étages pendant un bombardement russe, provoquant un "puissant incendie".

"À ce stade, il y a sept morts et dix-sept blessés", a indiqué Igor Terekhov, maire de Kharkiv, revoyant à la hausse le précédent bilan de six morts et seize blessés. Volodymyr Zelensky avait dénoncé plus tôt une "attaque ignoble et cynique".

  • 4 h 30 : Antonio Guterres et Recep Tayyip Erdogan rencontrent Volodymyr Zelensky pour discuter céréales et nucléaire

Le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres doit rencontrer jeudi 18 août les présidents ukrainien Volodymyr Zelensky et turc Recep Tayyip Erdogan à Lviv, dans l'ouest de l'Ukraine, pour discuter de la situation dans le pays presque six mois après son invasion par la Russie.

Les trois hommes discuteront du récent accord sur l'exportation des céréales ukrainiennes mais aussi "du besoin d'une solution politique à ce conflit", a précisé le porte-parole de l'ONU, Stéphane Dujarric. "Je n'ai aucun doute (sur le fait) que la question de la centrale nucléaire (de Zaporijjia) et d'autres seront également abordées."

Dans sa traditionnelle déclaration du soir, Volodymyr Zelensky a indiqué mercredi qu'Antonio Guterres était "déjà arrivé en Ukraine. Nous travaillerons ensemble pour parvenir aux résultats nécessaires pour l'Ukraine."

Le secrétaire général doit également s'entretenir en bilatéral avec Volodymyr Zelensky. Il a ensuite prévu de se rendre vendredi à Odessa, un des trois ports utilisés dans le cadre de l'accord sur l'exportation de céréales, avant de se rendre en Turquie pour visiter le Centre de coordination conjointe (CCC) chargé de superviser cet accord.

Avec AFP et Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Emportez l'actualité internationale partout avec vous ! Téléchargez l'application France 24