Accéder au contenu principal
Focus

La mémoire des fusillés de la Grande Guerre

Nous marquions le 3 août le centenaire du déclenchement de la Première Guerre Mondiale. Dans les tranchées, à l’horreur des combats s’ajoutait la torture psychologique de se sentir enlisé dans une guerre interminable.

PUBLICITÉ

Pour fuir cet enfer, des hommes ont parfois choisi la mutinerie ou la désertion. L’armée française a ainsi fusillé "pour l'exemple" environ 650 de ses propres soldats.

Aujourd’hui, cent ans plus tard, la France s’interroge : faut-il réhabiliter la mémoire de ceux qui furent longtemps considérés comme des traîtres ?

Nos reporters ont rencontré un homme qui se bat aujourd'hui pour l'honneur de son oncle, fusillé en 1917 par son propre régiment.
 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.