Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

"Daphne Caruana Galizia, assassinée il y a un an"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Elections locales en Côte d'Ivoire : bras de fer entre le PDCI et le RHDP

En savoir plus

LE DÉBAT

Inondations en France : plusieurs morts dans l'Aude

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Le vélo de retour à Cuba et les entrepreneurs burundais en province qui innovent

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Mo'Kalamity, ambassadrice capverdienne d'un reggae conquérant

En savoir plus

FOCUS

En Californie, une croisade anti-avortement après une décision de la Cour suprème

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Adlène Méddi : "1994, une année de basculement en Algérie"

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Égypte : nouveau procès pour Ahmed Douma, icône de la révolution

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

L'enjeu sécuritaire des législatives en Afghanistan

En savoir plus

FOCUS

Un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays, suivi du décryptage de notre invité. Du lundi au vendredi, à 14h15.

Dernière modification : 02/02/2015

Auschwitz, symbole d'une entreprise de mort programmée et industrielle

© Archive INA

Le 27 janvier 1945, les troupes de l'Armée rouge découvrent par hasard Auschwitz-Birkenau. Ce camp de concentration et d'extermination, le plus grand du IIIe Reich, est devenu le lieu de mémoire emblématique de la Shoah.

Le 27 janvier 1945, quand les troupes russes découvrent, par hasard, Auschwitz-Birkenau, déserté par les SS, ils y trouvent 7 000 survivants. Des malades, des invalides, des personnes âgées et des enfants, abandonnés au milieu des cadavres. Les Soviétiques prennent alors conscience de l’entreprise de mort programmée, systématique et industrielle, mise en place par les nazis.

Installé dans une région riche en matières premières, Auschwitz n'était au départ qu'un camp de travail. Près d'une dizaine d'usines y soutenaient l'effort de guerre de l'Allemagne nazie. "Les camps de concentration ont un poids économique absolument énorme dans l'histoire du IIIe Reich en guerre. À tel point que la SS a fini par être à la tête d'un gigantesque complexe militaro-industriel, dont la base même est le système concentrationnaire", rappelle Isabelle Davion, professeur d’histoire contemporaine à l’université Paris-Sorbonne. 

En 1942, la solution finale est mise en place et Auschwitz est le coeur de leur projet d'extermination des juifs. Les rafles se multiplient dans toute l'Europe, les ghettos sont vidés et leurs habitants envoyés dans des camps, entassés dans des wagons à bestiaux.

Face à l’arrivée de centaines de milliers de déportés, les SS cherchent à améliorer le rendement de leurs usines de mort et des ingénieurs sont chargés de la conception d’unités combinées plus efficaces. "C'est un lieu d'environ 250m² qui regroupe la salle de déshabillage, la chambre à gaz et le crématoire à la sortie. Cela n’existe qu’à Auschwitz. C’est la réflexion poussée à son maximum d'une mise à mort industrielle", explique Isabelle Davion.

Avec ces infrastructures, les SS peuvent procéder jusqu'à 12 000 incinérations par jour. Durant l’été 1944, alors que l’Armée rouge avance sur le front Est, l'ordre est donné de "terminer le travail". Les chambres à gaz et les fours crématoires fonctionnent à plein régime jusqu'au mois de novembre.  Quand la défaite du Reich commence à se profiler fin 1944, Heinrich Himmler, à la tête des SS, ordonne d'évacuer les camps et de faire disparaître les preuves. Mais il restera tout de même des traces, et des témoins qui révèlent, peu à peu, l’ampleur du génocide. Au minimum, 1,3 million de personnes ont été déportées à Auschwitz entre 1940 et 1945, dont 1,1 million n'en sont jamais revenues

 

Par Julien SAUVAGET

COMMENTAIRE(S)

Les archives

15/10/2018 Focus

En Californie, une croisade anti-avortement après une décision de la Cour suprème

La Californie, pourtant considérée comme l'un des États américains parmi les plus progressistes, a vu se multiplier des centres socio-médicaux associatifs diffusant un message...

En savoir plus

12/10/2018 Focus

De Bouaké à Abidjan, la réconciliation ivoirienne dans le rétroviseur

Les Ivoiriens se rendent aux urnes samedi 13 octobre pour les élections municipales et régionales. Ces élections se déroulent dans un contexte tendu. La coalition au pouvoir a...

En savoir plus

11/10/2018 Focus

Afrique du Sud : Orania, entre nostalgie de l'apartheid et peur du présent

En Afrique du Sud, 27 ans après l'abolition de l'apartheid, il existe encore des communautés de Blancs qui refusent de se mélanger aux Noirs. C'est le cas d'Orania. Là-bas, on ne...

En savoir plus

10/10/2018 Focus

Inde : 4 millions de musulmans bientôt apatrides ?

Direction l'Assam, au nord-est de l'Inde. Voilà 3 ans que les 33 millions d'habitants de cet état frontalier du Bangladesh sont pressées par les autorités centrales de New Delhi...

En savoir plus

09/10/2018 Focus

L'école de médecine de Tokyo limitait le nombre de femmes admises

Scandale au Japon : une enquête a récemment révélé que la prestigieuse université de médecine de Tokyo abaisse depuis des années les notes des candidates au concours d'entrée. La...

En savoir plus