Accéder au contenu principal
Focus

Les stigmates de manifestations "anti-Charlie" toujours visibles dans le sud du Niger

Capture d'écran France 24

Entre les gravas et les fenêtres brisées, le directeur du centre culturel français de Zinder, la deuxième ville du Niger, essaie tant bien que mal de maintenir sa programmation. À la mi-janvier, des émeutes "anti 'Charlie Hebdo'" avaient entraîné la destruction de ce lieu culturel, d'une école et d'une église chrétienne. Six mois après, ces édifices sont toujours en ruine.

Publicité

Notre envoyé spécial Ben Barnier s’est rendu à Zinder, au sud du Niger, où plusieurs bâtiments symboliques avaient été endommagés à la mi-janvier suite à la colère de jeunes émeutiers "anti-'Charlie Hebdo'".

Six mois après ces crispations, chrétiens et acteurs de la vie culturelle franco-nigérienne restent marqués par ces violences, tentant, tant bien que mal, de relancer leurs activités socio-culturelles. Désormais, se pose le problème de la reconstruction et de la protection des édifices endommagés : l’église protestante de la ville, une école et un centre culturel.

Pieds dans les cendres, le directeur du centre culturel franco-nigérien de Zinder organise la survie de son établissement à partir d’une petite salle épargnée par les flammes. Ici, 18 000 ouvrages ont été brûlés par les émeutiers. La structure du bâtiment ayant été endommagée, les travaux de réfection seront lourds et dépendent de subventions gouvernementales qui se font attendre.
 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.