Covid-19 : "Indispensable de ne pas baisser la garde", affirme Jean Castex

Le Premier ministre Jean Castex, le 26 novembre 2020, lors d'une conférence de presse à Paris sur les restrictions sanitaires.
Le Premier ministre Jean Castex, le 26 novembre 2020, lors d'une conférence de presse à Paris sur les restrictions sanitaires. Ludovic MARIN POOL/AFP
11 mn

Le Premier ministre français a présenté, jeudi matin, le détail des mesures annoncées mardi par Emmanuel Macron. Il est "indispensable de ne pas baisser la garde" face au Covid-19 en France, a-t-il souligné.

Publicité

Après les annonces, place à l'explication de texte : Jean Castex a détaillé, jeudi 26 novembre, les mesures d'allégement du confinement exposées mardi par Emmanuel Macron et qui présentaient encore de nombreuses zones de flou.

Le Premier ministre s'est d'abord réjoui en constatant que la "pression épidémique se réduit plus en France que dans les autres pays européens", soulignant que "les mesures de freinage ont permis de réduire nettement la circulation du virus". Il y a actuellement en France 17 000 nouveaux cas par jour en moyenne sur les sept derniers jours et le taux de reproduction du virus est tombé à 0,65, soit "l'un des niveaux les plus bas d'Europe", a-t-il affirmé.

Jean Castex a toutefois rappelé qu'il était "prématuré de parler de déconfinement" et qu'il était "indispensable de ne pas baisser la garde".

Le Premier ministre est ensuite entré dans le vif du sujet, énumérant les mesures prises secteur par secteur.

  • Ouverture des commerces

Tous les commerces sont concernés, quel que soit leur taille. Mais ceux-ci devront rouvrir le 28 novembre selon un protocole sanitaire renforcé.

Ainsi, la jauge du nombre de clients autorités est portée à 8 m2 par client (un couple ou un parent avec un enfant comptant pour un). Les commerces de plus de 400 m2 devront, eux, prévoir un système de comptage. Et les commerces devront prévoir un système de ventilation, naturel ou mécanique.

Tous les commerces seront par ailleurs autorisés à ouvrir jusqu'à 21 h en décembre et bénéficieront de facilités pour ouvrir le dimanche.

>> À lire : Covid-19 : la France déconfine en trois étapes, les commerces ouvrent le bal

  • Restaurateurs

Jean Castex a annoncé vouloir faire de 2021 "l'année de la gastronomie française" afin d'aider les restaurants, pour l'heure fermés administrativement au moins jusqu'au 20 janvier.

Plaidant pour "valoriser le savoir-faire de nos bars et restaurants" ou encore pour "les aider à moderniser leur outil de travail", le Premier ministre a indiqué qu'il désignerait "une personnalité qualifiée pour préparer ce grand chantier en lien étroit avec les professionnels".

  • Activités sportives et culturelles et sorties culturelles

La reprise des activités sportives et culturelles ne concernent que les enfants. Celles-ci pourront reprendre le 28 novembre en plein air et le 15 décembre à l'intérieur, à l'exception des activités de danse et de chant qui devront attendre le 20 janvier. La même date de reprise a été fixée pour les activités des adultes.

Les spectacles et concerts pourront, eux, reprendre le 15 décembre, lorsque le confinement se transformera en couvre-feu de 21 h à 7 h, avec le même protocole sanitaire que lors du couvre-feu d'octobre. En revanche, les concerts et spectacles debout ne reprendront que le 20 janvier.

Il y aura une tolérance pour que les spectateurs des séances finissant à 21 h puissent rentrer chez eux, avec l'obligation de présenter, en cas de contrôle, leur billet de spectacle ou de cinéma.

  • Lieux de culte

Les lieux de culte en France ne pourront pas accueillir plus de 30 personnes dans un premier temps lors de leur réouverture le 28 novembre mais cette jauge pourrait être progressivement levée en fonction de l'évolution de l'épidémie due au nouveau coronavirus, a déclaré Jean Castex.

"Ces lieux accueilleront d'abord 30 personnes dans le respect des règles sanitaires puis cette jauge évoluera progressivement en fonction de la situation sanitaire et de l'échéance du 15 décembre", a-t-il poursuivi. "Il pourra s’agir d'une jauge en fonction de la capacité globale d'accueil du lieu. Les discussions se poursuivent avec les autorités religieuses."

>> À voir : Annonces d'Emmanuel Macron : un allègement du confinement et l'espoir d'un vaccin

  • Sports d'hiver

Les stations de ski pourront rouvrir durant la période des fêtes de fin d'année, mais les remontées mécaniques devront rester fermées, a annoncé Jean Castex, promettant d'aider les communes et professionnels concernés.

"Bien entendu, il sera loisible à chacun (...) de se rendre dans ces stations pour profiter de l'air pur de nos belles montagnes, des commerces — hors bars et restaurants — qui seront ouverts. Simplement, toutes les remontées mécaniques et les équipements collectifs seront fermés au public", a-t-il déclaré.

  • Fêtes de fin d'année

Il sera "impératif" de "limiter" le nombre de convives pour célébrer les fêtes de Noël et du Nouvel An en raison de l'épidémie de Covid-19, a averti jeudi le Premier ministre.

Le couvre-feu, qui sera mis en place le 15 décembre, sera "levé à titre dérogatoire les 24 et 31 décembre" mais "cela ne veut pas dire que nous pourrons fêter Noël ou le Nouvel An comme les années précédentes" car "ces moments de rassemblements festifs et amicaux, où l'on baisse la garde et porte moins le masque, sont particulièrement risqués".

"Il est donc impératif que vous limitiez le nombre de personnes à table et évitiez les rassemblements trop nombreux", a-t-il ajouté, en précisant que "des recommandations concrètes" seront annoncées avant les vacances.

00:35
  • Fonds de solidarité rénové

Une aide "de 15 % à 20 %" du chiffre d'affaires sera accordée aux entreprises des secteurs non fermés mais affectés par la crise comme l'hôtellerie, le tourisme ou l'événementiel, et dont le chiffre d'affaires a chuté "au moins de moitié", a indiqué Jean Castex.

Le chef du gouvernement a rappelé le nouveau mode de calcul du Fonds de solidarité pour les entreprises qui resteront fermées en décembre, sur la base de 20 % du chiffre d'affaires réalisé pendant la même période de 2019, lorsqu'il est plus favorable que l'aide de 10 000 euros.

  • Aides aux travailleurs précaires

Une "garantie de ressource de 900 euros par mois" sera accordée aux travailleurs précaires, saisonniers, intermittents ou extras pour les mois de novembre, décembre, janvier et février.

"Il s'agit d'une réponse exceptionnelle pour les 400 000 extras de la restauration, ceux qu'on appelle les permittents de l'événementiel ou d'autres secteurs, inscrits à Pôle emploi et qui ont vu cette année leurs revenus baisser drastiquement", a déclaré le Premier ministre.

La ministre du Travail, Élisabeth Borne, a précisé dans la foulée que l'aide concernera "ceux qui ont travaillé plus de 60 % du temps en 2019" et "qui n'ont pas pu travailler suffisamment en 2020 pour recharger leurs droits" au chômage du fait de la crise.

  • Aides à destination des jeunes

De nouvelles aides financières et sociales spécifiques pour les jeunes étudiants et travailleurs touchés par la crise du coronavirus ont également été annoncées.

Parmi ces mesures figure la création de 20 000 "jobs étudiants, dont la mission sera de venir en soutien des étudiants décrocheurs", a dit le chef du gouvernement. Ces contrats de quatre mois, à raison de dix heures par semaine, représentent un budget de 50 millions d'euros.

L'État va en outre doubler, à 56 millions d'euros, le budget alloué aux Crous, les organismes de gestion des prestations sociales universitaires, pour verser des aides d'urgence aux étudiants en situation de précarité. "Ces aides aideront ainsi 45 000 jeunes supplémentaires à se loger et à se nourrir", a dit Jean Castex.

Le Premier ministre a enfin annoncé pour 2021 le doublement, à 200 000, du nombre de bénéficiaires de la "garantie jeunes", un dispositif d'accompagnement des 16-25 ans visant à favoriser leur insertion sur le marché du travail ou dans le système de formation.

  • Stratégie de vaccination et projet de loi sur l'isolement

Le gouvernement français présentera plus en détail la semaine prochaine sa stratégie de vaccination contre le coronavirus et pourrait lancer sa campagne de vaccination dès fin décembre, début janvier "dans le meilleur des cas", ont annoncé jeudi le Premier ministre et son ministre de la Santé, Olivier Véran.

Ce dernier a déclaré que le gouvernement avait demandé à la Haute Autorité de santé des recommandations sur les personnes à vacciner en priorité, qu'il s'agisse des personnes âgées, du personnel soignant ou encore d'autres publics.

Jean Castex a par ailleurs annoncé que le gouvernement présenterait au Parlement un projet de loi sur la mise à l'isolement des personnes malades du coronavirus, afin de renforcer un "accompagnement le plus individualisé possible".

"Notre intention est d'améliorer encore, à chaque étape, la pleine efficacité de la stratégie du test, du traçage et de l'isolement des personnes", a dit le chef du gouvernement, soulignant que "la question de l'effectivité de l'isolement fait partie de la panoplie de ces mesures".

Répondez à quelques questions pour participer à Europe Talks et dialoguer avec un autre Européen

Avec AFP et Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine