Loi "sécurité globale" : au moins 133 000 manifestants en France, quelques incidents à Paris

Des manifestants se rassemblent place de la Bastille à Paris, le 28 novembre 2020, pour protester contre le projet de loi sécurité globale.
Des manifestants se rassemblent place de la Bastille à Paris, le 28 novembre 2020, pour protester contre le projet de loi sécurité globale. © Thomas Coex, AFP

De nouveaux rassemblements ont eu lieu samedi dans de nombreuses villes françaises contre la loi "sécurité globale" dans un contexte exacerbé par une série d’affaires de violences policières. Ces marches ont rassemblé 133 000 manifestants dans toute la France, selon le ministère de l'Intérieur, 500 000 selon les organisateurs. 

Publicité

Des mobilisations massives. Au moins 133 000 personnes ont défilé, samedi 28 novembre, dans plus de 70 villes de France contre le texte de loi "sécurité globale", selon un comptage du ministère de l'Intérieur effectué à 18h. De leurs côtés, les organisateurs ont recensé 500 000 manifestants dans tout le pays.

Les manifestants ont marché, protestant contre un texte qu'ils jugent attentatoire à "la liberté d'expression" mais aussi contre les violences policières et le racisme. 

Dans la capitale, ils étaient plus de 46 000 personnes, selon le ministère de l'Intérieur – 200 000 selon les organisateurs – soit beaucoup plus que la semaine passée où 7 000 manifestants avaient été dénombrés. Contrastant avec un défilé globalement calme dans l'après-midi, des affrontements ont opposé manifestants et forces de l'ordre, qui ont utilisé en fin de journée les canons à eau, au point d'arrivée du cortège, place de la Bastille. 

Le ministère de l'Intérieur a également recensé au total 18 interpellations, dont neuf dans la capitale, ainsi que "37 blessés" parmi les forces de l'ordre après des heurts avec des manifestants.

"Tout le monde peut filmer la police"

Des milliers de personnes ont également défilé à Lyon, où des manifestants et un policier ont été blessés par des jets de projectiles lors de débordements. À Strasbourg, 1 500 manifestants selon la préfecture et près de 3 000 selon les médias locaux et l'AFP ont défilé pour protester contre le texte de loi. 

Plusieurs milliers de personnes se sont encore rassemblées à Marseille, Rennes, Lille ou encore à Montpellier aux cris de "tout le monde peut filmer la police". 

> Revivez les événements de la journée : 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine