Accéder au contenu principal

Covid-19 : le couvre-feu à 18 h étendu à toute la France à partir de samedi

Le Premier ministre français Jean Castex s'exprimant lors d'une conférence de presse à Paris, le 14 janvier 2021, sur la stratégie du gouvernement face à l'épidémie de coronavirus Covid-19.
Le Premier ministre français Jean Castex s'exprimant lors d'une conférence de presse à Paris, le 14 janvier 2021, sur la stratégie du gouvernement face à l'épidémie de coronavirus Covid-19. © Thomas Coex, Pool/AFP
9 mn

Le couvre-feu dès 18 h sera étendu à partir de samedi à toute la France et pour une durée d'au moins quinze jours, a déclaré jeudi Jean Castex, dans le cadre des mesures de lutte contre l'épidémie de Covid-19. Le Premier ministre a également annoncé l'ouverture de la vaccination dès lundi aux personnes présentant des pathologies à haut risque.

Publicité

Au lendemain d'un nouveau Conseil de défense sanitaire, le Premier ministre Jean Castex a annoncé, jeudi lors d'une conférence de presse, de nouvelles restrictions pour lutter contre l'épidémie de Covid-19, parmi lesquelles un couvre-feu dès 18 heures étendu à toute la France et pour une durée d'au moins quinze jours.

"Sauf les exceptions liées aux missions de service public, tous les lieux, commerces ou services recevant du public seront fermés à 18 h", a précisé le chef du gouvernement.

Seuls 25 départements étaient jusqu'alors astreints à un couvre-feu à 18 h. "Il apparaît, selon les données disponibles à ce jour, que cette mesure a une efficacité sanitaire : dans les 15 premiers départements où le couvre-feu a été mis en œuvre à 18 h dès le 2 janvier dernier, la hausse du nombre de nouveaux cas y est deux voire trois fois plus faible que dans les autres départements métropolitains", a fait valoir Jean Castex.

Le Premier ministre a estimé que la situation épidémique était "maîtrisée" mais "fragile" en France, en s'inquiétant de "l'émergence de nouvelles souches plus contagieuses" du coronavirus.

Aucun département ne présente un taux d'incidence inférieur à 50 pour 100 000 habitants, correspondant au seuil d'alerte, a-t-il notamment fait valoir.

"Les premières données dont nous disposons montrent que nous avons pu passer les fêtes de fin d'année sans flambée épidémique", s'est-il toutefois félicité, en relevant que la France restait "sur un plateau élevé, avec une moyenne hebdomadaire qui fluctue autour de 16 000 contaminations par jour".

Un troisième confinement écarté pour l'instant

Et, en cas d'une "dégradation épidémique forte" dans les prochains jours, le Premier ministre a prévenu qu'un nouveau confinement serait appliqué "sans délai".

Parmi les nouvelles mesures annoncées, tous les voyageurs souhaitant venir en France en provenance d'un pays extérieur à l'Union européenne (UE) devront dorénavant présenter un test négatif au Covid-19 avant de partir.

Ces personnes devront également "s'engager sur l'honneur à s'isoler pendant sept jours une fois arrivées en France, puis à refaire un deuxième test PCR à l'issue" de cet isolement, a ajouté Jean Castex.

Des mesures de restrictions d'urgence vont par ailleurs être mises en place en Guyane ainsi qu'à Mayotte et à la Réunion pour lutter contre les variants qui circulent dans ces régions.

En Guyane, "le contrôle des frontières sera renforcé et des tests négatifs seront exigés" pour rejoindre les Antilles et la métropole. De la même manière, des "tests négatifs seront exigés pour les vols en provenance de Mayotte ou de la Réunion".

L'exécutif a en revanche "souhaité maintenir ouverts les établissements scolaires et c'est pour nous un objectif fondamental", a ajouté Jean Castex.

6,4 millions de Français pourront se faire vacciner à partir de lundi

Le chef du gouvernement a également annoncé que la campagne de vaccination contre le Covid-19 en France sera élargie dès lundi aux personnes, quel que soit leur âge, présentant une pathologie conduisant à un très haut risque de forme grave de la maladie.

Quelque 800 000 personnes sont concernées, a précisé le ministre de la Santé, Olivier Véran, notamment les personnes traitées pour un cancer, atteintes de trisomie, souffrant d'insuffisance rénale sévère ou ayant subi une transplantation d'organe.

En comptant les personnes de plus de 75 ans, qui pourront elles aussi se faire vacciner à partir du 18 janvier, ce seront 6,4 millions de Français qui seront appelés à se faire vacciner dès lundi, a ajouté Olivier Véran.

Avec AFP et Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.