Inceste : Emmanuel Macron promet de renforcer la législation française

Dans une vidéo postée sur Twitter, le 23 janvier 2021, Emmanuel Macron a annoncé que la France allait adapter sa législation pour mieux protéger les enfants victimes d'inceste et de violences sexuelles.
Dans une vidéo postée sur Twitter, le 23 janvier 2021, Emmanuel Macron a annoncé que la France allait adapter sa législation pour mieux protéger les enfants victimes d'inceste et de violences sexuelles. © @EmmanuelMacron (Twitter)
4 mn

La France va adapter sa législation pour mieux protéger les victimes d'inceste et de violences sexuelles, a annoncé samedi le président Emmanuel Macron sur Twitter. Le chef de l'État a notamment annoncé deux rendez-vous de dépistage et de prévention contre les violences sexuelles faites aux enfants à l'école et au collège, ainsi qu'une mission pour recueillir les témoignages.

Publicité

"Vous ne serez plus jamais seules", a déclaré samedi 23 janvier le président Emmanuel Macron aux victimes des violences sexuelles sur mineurs, promettant dans une vidéo et une série de tweets de ne laisser "aucun répit aux agresseurs" et d'"adapter notre droit".

"Contre les violences sexuelles faites à nos enfants, c'est aujourd'hui à nous d'agir", a ajouté le chef de l'État, alors que le débat sur l'inceste a ressurgi après la publication d'un livre de Camille Kouchner.

"La honte aujourd'hui change de camp", a-t-il poursuivi, en se félicitant que "la parole, partout en France, se libère" et que "le silence construit par les criminels et les lâchetés successives, enfin, explose".

"Nous ne laisserons aucun répit aux agresseurs, aucun", a-t-il encore affirmé. "Il nous faut punir les criminels pour leurs actes passés et pour empêcher toute récidive."

En outre, "il nous faut adapter notre droit pour mieux protéger les enfants victimes d'inceste et de violences sexuelles", a précisé le chef de l'État, indiquant avoir demandé au garde des Sceaux, Éric Dupond-Moretti, et au secrétaire d'État à l'Enfance et aux Familles, Adrien Taquet, "de mener une consultation qui devra déboucher rapidement sur des propositions".

Une mission pour "recueillir les témoignages"

Le président français a annoncé que "deux rendez-vous de dépistage et de prévention contre les violences sexuelles faites aux enfants – l'un au primaire, l'autre au collège – seront mis en place pour tous, dans le cycle de visites médicales obligatoires existantes". Par ailleurs, pour "accompagner la reconstruction", les "soins psychologiques des enfants victimes de violences sexuelles seront remboursés".

Emmanuel Macron indique aussi qu'une mission pour "recueillir les témoignages et protéger les victimes" a été confiée à Édouard Durand, juge des enfants, et Nathalie Mathieu, directrice d'une association spécialisée.

Début janvier, le parquet de Paris a ouvert une enquête pour viols et agressions sexuelles, y compris sur mineur, après les accusations d'inceste portées contre le constitutionnaliste et politologue Olivier Duhamel.

Dans un livre intitulé "La Familia Grande", Camille Kouchner, belle-fille d'Olivier Duhamel, accuse le politologue d'avoir infligé des violences sexuelles à son frère lorsqu'ils étaient adolescents.

Ces accusations ont provoqué une onde de choc dans le pays et suscité de multiples témoignages sur les réseaux sociaux. "Ces témoignages, ces paroles, parfois ces cris, plus personne ne peut les ignorer", a déclaré Emmanuel Macron.

Avec AFP et Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine