John Kerry, envoyé spécial des États-Unis pour le climat, reçu à Paris

Le ministre français de l'Économie, Bruno Le Maire, a reçu l'envoyé spécial des États-Unis pour le climat John Kerry, à Paris, le 10 mars 2021.
Le ministre français de l'Économie, Bruno Le Maire, a reçu l'envoyé spécial des États-Unis pour le climat John Kerry, à Paris, le 10 mars 2021. © Benoît Tessier, Reuters

Emmanuel Macron et d'autres responsables français reçoivent mercredi l'envoyé spécial des États-Unis pour le climat John Kerry, a indiqué l'Élysée, dans le cadre de la visite en Europe de l'ancien secrétaire d'État pour renforcer la coopération dans la lutte contre le changement climatique.

Publicité

Le président français, Emmanuel Macron, reçoit mercredi 10 mars l'envoyé spécial des États-Unis pour le climat, John Kerry, a indiqué l'Élysée. Dans le cadre de sa visite en Europe pour renforcer la coopération dans la lutte contre le changement climatique, l'ancien secrétaire d'État a également déjeuné avec le ministre français de l'Économie, Bruno Lemaire.

"La discussion portera sur les prochaines étapes de coordination internationale en matière climatique, et sera l'occasion pour le président français de partager avec son interlocuteur sa vision d'un multilatéralisme climatique efficace", ajoute la présidence française.

Mardi, John Kerry avait déjà rencontré la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, un premier entretien face à face avec des représentants de l'UE depuis le changement de gouvernement à Washington.

Après cette rencontre, l'envoyé américain pour le climat avait plaidé à Bruxelles pour une coopération "renforcée" entre son pays et l'UE dans la lutte contre le changement climatique, soulignant que c'était "le moment" d'agir.

Il doit également se rendre à Londres pour rencontrer des représentants du gouvernement britannique. Ce dernier organise la conférence de l'ONU sur le climat (COP26) prévu à Glasgow en novembre.

Sommet international à Washington avant la COP26 à Glasgow

La lutte contre le changement climatique a été élevée au rang de priorité par le président Joe Biden, qui a fait revenir les États-Unis dans l'accord de Paris, près de quatre ans après l'annonce par Donald Trump du retrait de son pays. Washington prévoit d'ailleurs d'organiser un sommet international sur le climat le 22 avril prochain, avant la conférence de l'ONU sur le climat prévue en novembre à Glasgow (Écosse) pour le suivi de l'Accord de Paris.

L'Accord de Paris vise à limiter le réchauffement en dessous de 2° C, et 1,5° C si possible, par rapport aux niveaux antérieurs à la révolution industrielle.

Les 27 pays de l'UE se sont mis d'accord en décembre pour relever leur objectif de réduction de gaz à effets de serre, en visant une baisse nette des émissions d'"au moins 55 %" d'ici à 2030 par rapport au niveau de 1990, contre -40 % précédemment, afin d'atteindre en 2050 la neutralité carbone.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine