Attentat raté près de Notre-Dame : la jihadiste Inès Madani rejugée en appel

Ines Madani, le 11 avril 2019, comparaissant devant le tribunal correctionnel de Paris lors de son procès avec deux autres prévenus pour "association de malfaiteurs en vue de préparer des actes de terrorisme".
Ines Madani, le 11 avril 2019, comparaissant devant le tribunal correctionnel de Paris lors de son procès avec deux autres prévenus pour "association de malfaiteurs en vue de préparer des actes de terrorisme". © Benoit Peyrucq, AFP

Le procès en appel de la jihadiste Inès Madani s'ouvre, mardi, devant la cour d'assises spéciale de Paris. La jeune femme avait été condamnée en première instance à 30 ans de prison pour avoir tenté de faire exploser une voiture remplie de bonbonnes de gaz en septembre 2016, devant des restaurants proches de Notre-Dame.

Publicité

La jihadiste Inès Madani, condamnée pour avoir tenté de faire exploser une voiture près de Notre-Dame en septembre 2016, est rejugée en appel à partir de mardi 25 mai, devant la cour d'assises spéciale de Paris.

La jeune femme, âgée aujourd'hui de 24 ans, avait été condamnée en première instance, en octobre 2019, à trente ans de réclusion criminelle, une peine dont elle a interjeté appel.  

"C'est une peine inadaptée à la personnalité" d'Inès Madani, qui depuis les faits "a beaucoup évolué", estime l'un de ses avocats, Tewfik Bouzenoune.

Considérée comme le cerveau d'un "commando" de femmes ayant voulu lancer des attaques terroristes en suivant les consignes de Rachid Kassim, propagandiste du groupe État islamique (EI), elle est rejugée sans les autres membres du groupe, qui n'ont pas fait appel et dont les condamnations sont donc définitives.

L'une d'elles, Ornella Gilligmann, sera toutefois entendue comme témoin. Elle a écopé de 25 ans de réclusion pour avoir tenté, avec Inès Madani, de faire exploser une voiture remplie de bonbonnes de gaz dans la nuit du 3 au 4 septembre 2016, devant des restaurants proches de Notre-Dame.

Lors du premier procès, les deux femmes s'étaient rejeté la responsabilité de l'attaque, avortée du fait d'un mauvais choix de carburant - du gasoil, difficile à enflammer.

Inès Madani encourt la réclusion à perpétuité

Après l'échec de cet attentat, Inès Madani avait trouvé refuge, sur les conseils de Rachid Kassim, dans un appartement à Boussy-Saint-Antoine (Essonne).

Elle avait été interpellée dans un parking le 8 septembre 2016, alors qu'elle se dirigeait, couteau de cuisine à la main, vers un policier, qui a tiré à quatre reprises sur elle et l'a blessée aux jambes.

Également rejugée pour tentative d'assassinat sur une personne dépositaire de l'autorité publique et pour association de malfaiteurs terroriste criminelle, Inès Madani encourt la réclusion à perpétuité.

Dans un autre dossier, la jeune femme avait été condamnée, en avril 2019, par le tribunal correctionnel de Paris, à huit ans d'emprisonnement pour avoir incité des candidats au jihad à rejoindre la Syrie ou à commettre des attaques en France et en Belgique, entre mars 2015 et juin 2016.

Elle échangeait avec ces apprentis jihadistes en se dissimulant sous des noms de combattants du groupe EI masculins, comme Abou Junayd ou Abou Souleyman. C'est sous ce pseudonyme qu'elle avait enrôlé sur internet Ornella Gilligmann.

Le co-accusé d'Inès Madani, Mohamed Lamine Aberouz, condamné en première instance à trois ans d'emprisonnement, comparaîtra à ses côtés. Il est lui rejugé pour non-dénonciation de crime terroriste.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Emportez l'actualité internationale partout avec vous ! Téléchargez l'application France 24