journée des droits de l'enfant

En France, plus d'un enfant sur cinq vit sous le seuil de pauvreté, selon l'Unicef

Un bébé dort dans un gymnase où sont hébergées des personnes sans-abri et des familles, le 5 janvier 2017 à Lyon.
Un bébé dort dans un gymnase où sont hébergées des personnes sans-abri et des familles, le 5 janvier 2017 à Lyon. © Jeff Pachoud, AFP

À l'occasion de la journée internationale des droits de l'enfant, l'Unicef révèle dimanche, dans un communiqué, que plus d'un enfant sur cinq en France vit sous le seuil de pauvreté. Plus de 42 000 vivent dans des hébergements d'urgence, des abris de fortune ou dans la rue. Une situation "inquiétante" selon Adeline Hazan, présidente de l'Unicef France.

Publicité

L'Unicef tire la sonnette d'alarme. Plus d'un enfant sur cinq vit sous le seuil de pauvreté et plus de 42 000 sont sans domicile : la France doit encore réaliser des progrès pour garantir les droits des enfants, en particulier ceux des plus fragiles, pointe l'organisation des Nations unies.

Les inégalités sociales et territoriales empêchent "un trop grand nombre d'enfants d'avoir accès à l'école, aux services de santé ou de protection", déplore l'Unicef France dans un communiqué dimanche 20 novembre, à l'occasion de la journée internationale des droits de l'enfant.

>> À lire aussi : "Au moins 1 600 enfants dorment à la rue en France : "inacceptable et indigne" selon l'Unicef"

"Les enfants les plus vulnérables, qu'ils soient en situation de grande pauvreté, de handicap, victimes de violences (...) peinent à voir leurs droits les plus élémentaires garantis", ajoute l'organisme, qui prépare un rapport destiné aux experts du Comité des droits de l'enfant de l'ONU.

En outre, la France a recours à des pratiques contraires aux principes de la Convention internationale des droits de l'enfant, comme l'enfermement administratif des enfants lorsque les familles en situation irrégulière vont être expulsées, dénonce l'Unicef.

"La situation est inquiétante"

Depuis 2012, au moins 33 786 enfants ont été placés en rétention, dont l'immense majorité à Mayotte et 1 460 en métropole.

"La situation est inquiétante, même si des progrès ont été réalisés. Les mineurs ne sont pas suffisamment protégés en France, ils ne peuvent pas suffisamment vivre leur vie d'enfant", a commenté auprès de l'AFP Adeline Hazan, présidente de l'Unicef France. Elle juge dans une interview au Journal du dimanche que l'enfermement d'enfants en centres de rétention pour étrangers doit être "interdit".

L'Unicef reconnait des améliorations depuis 2016, date de la dernière évaluation de la France par le Comité des droits de l'enfant. Elle souligne par exemple le développement de politiques publiques ciblées sur les enfants.

Le gouvernement a ainsi lancé en 2019 un plan de lutte contre les violences faites aux enfants. Il a aussi mis des mesures en place pour renforcer l'accompagnement des 1 000 premiers jours de l'enfant.

Ces politiques sont toutefois "très éparses", ce qui nuit à "leur lisibilité" et à "leur efficacité", regrette toutefois l'Unicef qui appelle à la création d'un ministère de l'Enfance.

Dans son interview au JDD, Adeline Hazan dénonce en outre les difficultés d'accès des enfants à la santé mentale. "Il faut attendre six mois à un an et demi pour avoir un rendez-vous dans un centre médico-psychologique", déplore-t-elle, or "les conséquences sont parfois dramatiques, conduisant à hospitaliser des enfants ou des adolescents".

Quant à l'Aide sociale à l'enfance (ASE), "il y a de plus en plus d'enfants" qui lui sont confiés "mais le coût moyen de prise en charge diminue, et avec lui la qualité de l'accueil", pointe-t-elle.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Emportez l'actualité internationale partout avec vous ! Téléchargez l'application France 24