Controverse avec Erdogan : Marine Le Pen appelle à durcir la réponse

Paris (AFP) –

Publicité

La présidente du RN, Marine Le Pen, a réagi dimanche aux attaques verbales contre le président Emmanuel Macron du président turc, Recep Tayyip Erdogan, en appelant à une réponse française et européenne plus forte.

Le rappel à Paris de l'ambassadeur de France à Ankara "est un geste significatif, on ne peut pas dire que c'est un geste fort", a-t-elle estimé lors du Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI.

A la suite de l'Elysée samedi soir, le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, a dénoncé dimanche les propos "inacceptables" du président turc Recep Tayyip Erdogan, qui avait mis en question "la santé mentale" de son homologue français Emmanuel Macron en raison de son attitude envers les musulmans.

Mme Le Pen a invité à se tourner vers l'Union européenne pour l'interroger sur sa "complaisance totale" envers la Turquie. Ankara, a-t-elle soutenu, fait un "chantage" à la rétention des migrants présents sur son sol en échange de "milliards" versés par Bruxelles. Selon elle, "un signal clair" serait "d'abord arrêter de leur verser de l'argent".

"M. Erdogan a choisi de ne pas présenter de condoléances après la décapitation d’un professeur et préfère insulter gravement le Président de la République alors que la France est en deuil. Le rappel de notre ambassadeur était inévitable et doit être salué", avait précédemment tweeté Mme Le Pen.

Le député LR Eric Ciotti a jugé pour sa part que "cette Turquie n’a plus rien à faire dans l’OTAN et ne peut pas intégrer l’Union Européenne ! Il est temps de s’affirmer et d’être clair sur la scène internationale".