C1: Fabinho, mieux qu'un plan B pour la défense de Liverpool

Londres (AFP) –

Publicité

Si la grave blessure de Virgil van Dijk a accéléré les choses, repositionner Fabinho en défense centrale trottait dans la tête de Jürgen Klopp depuis longtemps. C'est donc davantage qu'un plan de secours pour Liverpool avant d'affronter Midtjylland mardi en Ligue des champions (21h00).

Cet été, le départ du Croate Dejan Lovren au Zenith Saint-Pétersbourg avait posé un dilemme aux dirigeants des Reds, peu enclins à dépenser beaucoup dans un contexte marqué par la crise liée au Covid.

Des noms de défenseurs centraux avaient bien circulé, comme ceux de Kalidou Koulibaly de Naples ou Dayot Upamecano de Leipzig.

Mais faire venir un troisième titulaire potentiel dans une charnière qui compte probablement le meilleur défenseur du monde, Virgil van Dijk, et un international anglais, Joe Gomez, aux bonnes prestations, pour une somme qui aurait largement dépassé les 50 millions d'euros, ne semblait pas très raisonnable.

Trouver un joueur suffisamment expérimenté et performant pour jouer avec Liverpool, mais suffisamment humble pour accepter un rôle de doublure était aussi loin d'être évident.

Assez vite, Klopp a accepté l'idée que Fabinho serait le quatrième homme de la défense centrale, avec le Camerounais Joel Matip.

- Un "phare" au milieu du "chaos" -

Il l'avait déjà aligné à ce poste en championnat contre Brighton (1-0) lors de la saison 2018-2019 et quelques jours plus tard à Munich (0-0) en huitième de finale aller de Ligue des champions, et cette saison encore à Chelsea (2-0) avant même l'absence de van Dijk, pour trois matches sans but encaissé.

L'absence de longue durée du Néerlandais et l'empilement des matches dans une saison très dense pourrait amener Liverpool à reconsidérer sa décision cet hiver, mais face aux modestes Danois de Midtjylland, mardi, le Brésilien sera encore aligné en charnière.

Trimballé du poste de latéral droit à celui de milieu défensif au cours de sa carrière, la polyvalence du joueur de 27 ans n'est plus à prouver et sa cote au sein du staff des Reds non plus.

"Dans le +chaos organisé+ que nous voulons, que nous aimons, il est comme un phare, il le contrôle", avait dit de lui Pepijn Linders, l'adjoint de Klopp, en février 2019.

"Son timing, sa vision du jeu, son calme, tout cela donne une nouvelle dimension à notre milieu", avait-il ajouté.

- Essaye d'être un leader -

Ces qualités, qui sont aussi celles de van Dijk, il les apporte aussi en défense, même s'il est certainement moins fort dans les duels et le jeu de tête.

La victoire à Amsterdam contre l'Ajax lors de la première journée (1-0) a cependant confirmé que cette option était tout à fait viable sur la durée.

"C'était bien, mais Fabinho peut jouer encore mieux", avait estimé Klopp, qui avait pointé un domaine où la marge de progression reste importante: "Joe et Fabinho doivent s'habituer l'un à l'autre, ils doivent s'habituer aux exigences de communication verbales du poste pour aider le milieu".

"Évidemment que je ne suis pas Virgil", a admis Fabinho, en référence non seulement aux qualités spécifiques de défenseur de son coéquipier, mais aussi à son rôle sur le terrain et dans le vestiaire.

"L'entraîneur m'a dit qu'il fallait que je parle plus (...). Il faut que j'essaye de faire un peu de ce que fait Virgil constamment. Je dois essayer d'organiser l'équipe. Parler à l'équipe est essayer d'être un leader", a-t-il confié.

Mais avec Fabinho, Liverpool et ses supporters peuvent attendre l'hiver au chaud.