Bleues: test au sommet en Autriche pour le retour de Diacre

Paris (AFP) –

Publicité

L'apaisement ou la crise ouverte ? De retour auprès des Bleues après avoir été touchée par le Covid-19, la sélectionneuse Corinne Diacre passe mardi un test important en Autriche pour rapprocher la France de l'Euro-2022 et calmer les tensions internes nées de ses choix.

"A partir du moment où les résultats sont là, l'adhésion est là". Voilà comment la technicienne défendait son management mi-octobre, en annonçant la liste des joueuses convoquées pour ce rassemblement, où ne figurait pas la capitaine Amandine Henry (31 ans, 92 sélections), laissée de côté à la surprise générale pour des "critères sportifs".

Jusque-là, sur le plan comptable, difficile de donner tort à la sélectionneuse dans ces qualifications à l'Euro où les Bleues enchaînent les victoires: cinq sur cinq, dont la dernière 11-0 vendredi contre la Macédoine du Nord à Orléans.

Mais mardi soir (21h00) dans le tout récent stade de Wiener Neustadt situé à une cinquantaine de kilomètres au sud de Vienne, la performance de l'équipe de France sera scrutée de bien plus près. Car pour la première fois de ces éliminatoires, les Françaises défient une nation capable de mettre en péril cette soif de "résultats" et de tester la fameuse "adhésion" des troupes tricolores au discours de leur patronne.

- Un dernier duel à "corriger" -

Contre la Macédoine du Nord vendredi, Diacre, confinée loin des Bleues mais impliquée à distance auprès de son staff, a pu se passer sans aucun problème des Lyonnaises Wendie Renard et Amel Majri, celles qui avaient fait part de leur surprise quant à la non-convocation de leur coéquipière Henry.

L'absence de cette dernière ne s'est pas fait sentir non plus, et celle de la gardienne Sarah Bouhaddi, volontairement mise en retrait de la sélection, encore moins, contre la 129e nation mondiale.

Cela risque d'être un peu plus compliqué contre les Autrichiennes, 22es du classement Fifa, qui avaient tenu en échec les Bleues lors du dernier Euro, en 2017 (1-1, but de... Henry!), seule confrontation ne s'étant pas soldée par une victoire française.

"On veut corriger ça", a promis l'actuelle capitaine Eugénie Le Sommer, pour qui ce duel face aux coleaders du groupe de qualifications permettra de jauger la progression des Bleues ces derniers mois.

"Entre le confinement, le dernier rassemblement où il y avait beaucoup de blessées, c'est difficile de savoir où en est l'équipe. On en saura plus après l'Autriche, la meilleure équipe du groupe", développait ces derniers jours la détentrice du record de buts en équipe de France (86 unités après son quadruplé vendredi).

- Un statut à "assumer" -

Testée positive au Covid-19 le 17 octobre, puis négative samedi, ce qui lui a permis de retrouver le groupe in extremis à la veille du départ pour Vienne, Corinne Diacre est consciente que l'opposition sera un vrai test.

"On ne va pas gagner tous les matches 11-0. Mais le deuxième objectif de ce stage, c'est d'aller chercher une deuxième victoire. On doit assumer notre statut de troisièmes mondiales", a lancé l'ancienne technicienne de Clermont (Ligue 2).

Dans une enceinte qui reçoit son premier match international et dont la jauge a été limitée à 900 spectateurs par l'UEFA, les partenaires de Grace Geyoro, auteure d'un doublé vendredi, peuvent aussi faire un grand pas vers la qualification pour l'Euro en Angleterre, reporté de 2021 à juillet 2022.

Une victoire placerait les quart-de-finalistes du dernier Mondial seules en tête du groupe G, et il ne leur manquerait qu'un match nul au retour le 27 novembre pour valider définitivement leur billet. Une défaite, en revanche, et la sélection de Diacre replongerait vite dans la discorde...