L1: Randal Kolo Muani déjà indispensable aux Canaris

Rennes (AFP) –

Publicité

Personne ne l'attendait, il a dû s'y reprendre à trois fois pour inscrire son premier but en Ligue 1, mais Randal Kolo Muani (21 ans) est désormais une évidence à Nantes et un vrai espoir du football français avant de défier le PSG samedi (21h00).

Né à Bondy (Seine-Saint-Denis), la ville où Kylian Mbappé a grandi, à 15 jours d'écart avec la star du Paris Saint-Germain, il a passé son enfance à Villepinte, dans le même département, avant d'intégrer le centre de formation de Nantes en 2015 et de signer professionnel deux ans plus tard.

Mais les différents entraîneurs nantais n'ont pas vraiment cru en lui. Seul Vahid Halilhodzic l'a fait entrer en jeu, sans grande conviction, à de très rares occasions durant la saison 2018-2019.

Pour trouver du temps de jeu, il a dû s'exiler la saison dernière en prêt à Boulogne, en National. Un passage validé par 3 buts et 5 passes décisives, mais aussi deux cartons rouges et une série de suspensions.

A son retour, il a su convaincre l'entraîneur Christian Gourcuff pendant la préparation d'été, malgré le Covid-19 qui l'a éloigné des terrains plusieurs semaines et lui a fait manquer le match de reprise contre Bordeaux.

- Saison lancée -

Depuis, cet attaquant longiligne s'est bien rattrapé, s'imposant comme un titulaire indiscutable par son sens des déplacements et sa capacité à prendre de la profondeur, au détriment d'avant-centres plus expérimentés comme Kalifa Coulibaly et Renaud Emond.

Dès septembre, il a fait deux fois trembler les filets, à Monaco (défaite 2-1) puis contre Saint-Etienne (2-2)... avant de voir à chaque fois ses buts annulés après plusieurs minutes d'examen vidéo, pour un hors-jeu millimétrique.

Qu'importe... "Sa saison est lancée, c'est parti. Il bonifie le jeu de l'équipe et s'inscrit complètement dans ce qu'on fait", a salué Gourcuff après le second but refusé.

C'est aussi l'avis de Sylvain Ripoll, sélectionneur de l'équipe de France espoirs, qui l'avait à l'oeil depuis l'an dernier. Convoqué pour la première fois début octobre, au côté du gardien nantais Alban Lafont, Kolo Muani a été titularisé contre le Liechtenstein (5-0) puis contre l'Autriche (1-0).

"On sent une qualité de déplacement très intelligente. C'est quelqu'un qui amène de la profondeur, qui excelle aussi dans le jeu sans ballon, qui pèse énormément sur les défenses", a salué Ripoll lors d'une visioconférence à cette occasion.

- "Grosse marge de progression" -

"Il a ce potentiel avec une présence athlétique importante, une capacité à faire reculer la défense adverse qui est intéressante. On sent aussi une grosse marge de progression", a-t-il ajouté.

En Bleuet aussi, il n'a pas été loin de marquer, manquant quelques occasions contre le Liechtenstein avant de voir un défenseur adverse crédité du but qu'il semblait avoir marqué de la tête sur un corner de Maxence Caqueret.

La libération est finalement arrivée le 18 octobre, quand il a ouvert le score lors de la victoire 3-1 face à Brest: récupérant une frappe sur le poteau de Marcus Coco, Kolo Muani a dribblé le défenseur brestois Jean-Kévin Duverne et glissé la balle dans le filet. Moins spectaculaire que ses premiers buts, mais enfin valide !

C'est désormais un autre joueur prénommé Jean-Kévin qui pourrait se mettre sur sa route. Jean-Kévin Augustin, ancien espoir du PSG arrivé à Nantes en toute fin de mercato dans l'espoir de se relancer après une expatriation ratée.

D'abord en manque d'entraînement puis victime d'une fatigue ligamentaire, il n'a disputé qu'un match amical pendant la trêve internationale début octobre. Mais il aspire à beaucoup plus...

"Il faut que cette arrivée vienne bonifier l'attaque, pas freiner la progression de Randal", a prévenu Gourcuff, qui envisage même de faire jouer ses deux pointes ensemble.