Six nations: "wait and see" pour l'Angleterre après le bonus en Italie

Rome (AFP) –

Publicité

Le XV d'Angleterre, en quête d'un premier titre dans le Tournoi des six nations depuis 2017, s'est mis en bonne position en décrochant le bonus face à l'Italie (34-5) samedi à Rome mais reste suspendu au verdict de France-Irlande, disputé en soirée.

Avec 18 points, grâce aux cinq points du succès bonifié décroché au Stadio olimpico lors de la dernière journée du Tournoi, les Anglais doivent espérer que l'Irlande (14 pts) n'ira pas elle aussi chercher une victoire avec bonus en France, ce qui permettrait au XV au Trèfle de finir seul en tête.

En cas d'égalité de points avec les Irlandais (si le XV au Trèfle gagne, mais sans bonus) ou avec les Français (si les Bleus gagnent avec bonus), tout se jouera à la différence de points générale: les Anglais comptent désormais une différence de +44, contre +38 pour l'Irlande et +13 pour la France.

Pour les Bleus, cela veut dire marquer au moins quatre essais (pour le bonus) mais aussi gagner avec au moins 31 points d'avance...

Face à la plus faible équipe du groupe, laminée la semaine dernière en Irlande (17-50), les Anglais ont bafouillé leur rugby pendant une mi-temps avant d'assurer leur objectif minimal: assurer le point de bonus offensif, ce qui a été fait dans le dernier quart d'heure.

Mais sans les nombreuses erreurs techniques et un déficit de concentration en première mi-temps face à des Italiens volontaires, ils auraient dû se mettre dans une position plus favorable encore avant France-Irlande.

Tout est pourtant parti très vite, malgré les près de huit mois sans match: les Anglais ont transpercé la ligne italienne et Ben Youngs a célébré sa 100e cape de la plus belle des façons en allant aplatir entre les poteaux. Farrell a transformé et ajouté une pénalité dans la foulée pour un 10-0 d'entrée.

Mais la belle mécanique s'est enrayé face à des Italiens combatifs dans les regroupements et présents à la retombée du ballon. Les Azzurri ont été récompensés par un bel essai en coin de Polledri (18e) après une perte de balle des Anglais et ne furent pas loin d'en ajouter un second juste avant la pause face à à un XV de la Rose désarçonné et méconnaissable.

Au terme d'une explication de texte qu'on imagine musclée à la mi-temps d'Eddie Jones, la réaction anglaise ne s'est pas fait attendre au retour des vestiaires: Youngs, encore lui, s'est envolé seul entre les poteaux après seulement quelques secondes (41e). Plus concentrés, les Anglais ont enfin déroulé face à des Italiens toujours vaillants mais trop justes.

Et les essais tant attendus sont arrivés: le talonneur anglais Jim George a été poussé dans l'en-but par ses partenaires (51e), Curry a marqué en coin (67e) suivi bientôt de Slade (72e). Contrat rempli donc pour les vice-champions du monde, mais cela sera-t-il suffisant? Réponse dans quelques heures.

Les Italiens, malgré une nouvelle cuillère en bois (la cinquième de suite, depuis 2016), auront eux trouvé matière à gagner un peu de confiance dans leur première mi-temps, pour l'énième opération reconstruction lancée après avoir dit revoir cet été à Alessandro Zanni (119 sélections), et en attendant le jubilé proche de Sergio Parisse (142 sélections).

Paolo Garbisi, 20 ans, auteur de 12 des 17 points italiens en Irlande pour sa première sélection une semaine plus tôt, aura montré quelques bonnes choses en début de match avant de disparaître ensuite, comme son équipe.