Mediawan boucle le rachat de Lagardère Studios et absorbe 3e Oeil

Paris (AFP) –

Publicité

Le producteur audiovisuel Mediawan a annoncé lundi avoir bouclé plusieurs acquisitions annoncées en juin, dont la filiale de films et séries du groupe Lagardère, Lagardère Studios, des achats qui accroissent sensiblement la taille du groupe et renforcent sa présence en Europe.

Lagardère a confirmé dans un communiqué la cession de sa filiale de production et de distribution audiovisuelle à Mediawan, précisant qu'elle avait été bouclée le 30 octobre.

Comme le souligne de son côté l'acquéreur, dans un autre communiqué, "avec l'intégration de Lagardère Studios, Mediawan renforce sa capacité de production s'appuyant sur des marques fortes en France et en Espagne, et accroît sa présence géographique en Europe avec les Pays-Bas (Skyhigh TV) et la Finlande (Aito Media), mais aussi en Afrique (Keewu)".

Lagardère Studios dispose d'un vaste catalogue de contenus qui va de la série "Joséphine Ange Gardien", sur TF1, à "The Eddy" ou "Grégory", tous deux sortis sur Netflix.

Parallèlement, Mediawan Alliance, la société de tête créée cet été par les trois fondateurs du groupe (le producteur Pierre-Antoine Capton, l'entrepreneur des télécoms Xavier Niel et le banquier et propriétaire des Inrocks Matthieu Pigasse) a racheté comme prévu la maison de production de M. Capton, Troisième Oeil, qui fabrique notamment des émissions comme le magazine de France 5 "C'est à vous" ou "Zemmour et Naulleau" (Paris Première).

Dans un communiqué distinct, Mediawan Alliance précise que les activités de Troisième Oeil vont être intégrées à celles de Mediawan, renforcées par Lagardère Studios. Cela va contribuer à faire du groupe un producteur important de magazines de télé et autres émissions dites "de flux".

Et en plus de ces acquisitions, Mediawan Alliance a bouclé en octobre une OPA sur Mediawan, qui devrait être suivie d'un retrait de la cote, donnant aux trois fondateurs, alliés à des investisseurs, le contrôle complet du groupe. Ce qui leur apportera de plus grandes marges de manoeuvre, par exemple pour mener des opérations de croissance externe en Europe.