Masters 1000 de Paris: en attendant Nadal, Gasquet trouve la clé, pas Simon

Paris (AFP) –

Publicité

A la veille de l'entrée en lice attendue de Rafael Nadal, Richard Gasquet a retrouvé le chemin de la victoire au premier tour du Masters 1000 de Paris mardi, au contraire de Gilles Simon.

Nadal, roi absolu de Roland-Garros où il s'est offert une impensable treizième couronne il y a trois semaines, mais encore jamais sacré dans la salle de l'est parisien, lancera sa semaine mercredi face à son compatriote Feliciano Lopez (64e), après avoir été exempté de premier tour.

En attendant, des huit joueurs français initialement en course, en l'absence des N.1 et N.2 tricolores Gaël Monfils et Benoît Paire, qui ont préféré mettre un terme anticipé à leur saison, six ont rallié le deuxième tour.

Seuls le jeune gaucher Hugo Gaston (20 ans, 161e), récent héros bleu de Roland-Garros, et le trentenaire Gilles Simon (59e) se sont inclinés d'entrée.

Richard Gasquet, Adrian Mannarino et Pierre-Hugues Herbert ont eux imité mardi les trois qualifiés de lundi, Ugo Humbert, Benjamin Bonzi et Corentin Moutet (21 ans, 75e). Mais mauvaise nouvelle pour ce dernier : il a été testé positif au Covid-19 mardi et a par conséquent été écarté du tournoi avant son match prévu contre Marin Cilic, et placé à l'isolement.

- Gasquet n'était "pas sûr de jouer" -

Fort de son titre à Anvers il y a une dizaine de jours et de son succès convaincant aux dépens du Norvégien Casper Ruud au premier tour, Humbert s'attaque lui dès mardi soir à Stefanos Tsitsipas, N.6 mondial et tête de série N.2 derrière Nadal.

Dans le triple match France/Etats-Unis qui s'est déroulé au fil de la journée dans le huis clos et le lourd silence de Bercy, les joueurs tricolores l'ont emporté 2-1.

Gasquet (56e) a commencé par contenir l'Américain Taylor Fritz (29e) 6-0, 3-6, 6-3 pour obtenir sa première victoire depuis deux mois.

Le Biterrois de 34 ans n'avait plus remporté le moindre match sur le circuit ATP depuis sa qualification pour le deuxième tour de l'US Open, début septembre à New York, où il avait dû se plier ensuite à une quatorzaine pour avoir été considéré comme "cas contact" de Paire, lui testé positif fin août. Il avait chuté d'entrée depuis à Roland-Garros, à Saint-Pétersbourg, puis à Anvers et restait sur une série de quatre défaites.

"Je me suis fait un peu mal après Anvers, j'ai eu quatre, cinq jours d'arrêt et en milieu, fin de semaine dernière je n'étais pas totalement sûr de jouer ici", explique Gasquet, qui avait aussi souffert du dos avant Roland-Garros.

"A chaque fois je perds le rythme et c'est difficile de repartir, c'est pour ça que je manque un peu de moteur, mais je sais que je vais le retrouver. Il suffit de pouvoir faire deux, trois tournois sans blessure", poursuit-il.

- Simon "très tendu" -

Il va devoir trouver rapidement la bonne carburation : c'est à Diego Schwartzman (9e), récent demi-finaliste de Roland-Garros et en course pour se qualifier pour le Masters de fin de saison à Londres, qu'il va se mesurer mercredi pour une place en huitièmes de finale.

Malgré une épaule droite douloureuse et massée à plusieurs reprises, Herbert (85e) est lui venu à bout de Tennys Sandgren (48e) au jeu décisif du troisième set 2-6, 6-4, 7-6 (7/4) après un peu plus de 2h15 de jeu. L'attend désormais le grand serveur canadien Milos Raonic (17e).

Simon (59e), en revanche, a lui sombré 3-6, 6-3, 6-3 contre Tommy Paul (55e), après avoir pourtant mené 3 jeux à 0 dans la troisième manche.

"J'étais très tendu aujourd'hui, je n'ai jamais réussi à me relâcher, en particulier côté revers mon timing était off du début à la fin", décrit-il. "Ce n'était vraiment pas un match agréable à jouer. Quand je mène 3-0 au troisième set, je sais très bien que je joue très mal au tennis encore."

Tout frais finaliste malheureux à Astana et en dépit d'ampoules protégées avec les moyens du bord, Mannarino (36e) a lui disposé du Serbe Dusan Lajovic (26e) 7-6 (7/5), 6-3 pour rejoindre le Japonais Yoshihito Nishioka (51e) au deuxième tour.