La Bourse de Paris garde son optimisme sur le vote américain et gagne 1,32%

Paris (AFP) –

Publicité

La Bourse de Paris montait encore jeudi de 1,32% à mi-séance, satisfaite du déroulé de l'élection américaine en dépit des incertitudes pesant encore sur le scrutin.

L'indice CAC 40 progressait de 64,77 points à 4.987,62 points vers 12H30. La veille il avait progressé de 2,44%.

La cote parisienne s’accommodait bien de ne pas connaître le président des Etats-Unis deux jours après le vote, pour la première fois depuis 20 ans.

Le scénario semblant le plus probable, à savoir le démocrate Joe Biden à la Maison Blanche mais devant composer avec un Sénat encore dominé par les républicains, est apprécié par les marchés.

Dans cette configuration, les investisseurs estiment que Joe Biden pourrait ne pas mettre en place la totalité de son programme, et notamment "les régulations contre les géants technologiques" ou encore "une hausse des taxes sur le secteur privé", note Michael Hewson, analyste de CMC Markets.

A Wall Street, l'indice des valeurs technologiques, le Nasdaq, en difficulté ces dernières semaines, a rebondi de manière spectaculaire avec une hausse de 3,85% mercredi. Son contrat à terme augmentait de 3,02% jeudi.

Le Dow Jones avançait de son côté de 1,48% dans les échanges avant l'ouverture, tandis que l'indice élargi S&P 500 montait de 1,98%.

Mais une cohabitation implique aussi que "la relance budgétaire sera sans doute moins massive et plus tardive", rappelle M. Hewson alors que l'économie américaine montre des signes de faiblesse après sa forte reprise post-confinement.

De ce fait, "les investisseurs se tournent vers les fondamentaux que sont les comptes des sociétés" et la réunion monétaire de la réserve fédérale américaine qui se conclut par une conférence de presse dans la soirée, relève Franklin Pichard, directeur général de Kiplink Finance.

Dans la matinée, la Banque d'Angleterre (BoE) a musclé son programme de rachat d'actifs pour doper l'économie britannique, frappée de plein fouet par la pandémie de Covid-19.

- Nuages -

Les nuages restent présents dans le ciel des marchés.

Les réclamations de Donald Trump dans deux Etats clés, le Wisconsin et la Pennsylvanie, sont toujours suivies par les investisseurs.

La situation sanitaire se dégrade encore nettement aux Etats-Unis, qui ont enregistré un record avec près de 100.000 cas recensés en 24 heures.

En Europe, la seconde vague de l'épidémie a contraint la Commission européenne à réviser sa prévision de croissance pour 2021 de 6,1% à 4,2%.

En France de nouvelles mesures se superposent au confinement prononcé la semaine dernière. La maire socialiste de Paris, Anne Hidalgo, a annoncé jeudi la fermeture à 22H00 de "certains débits de boissons", épiceries et commerces de restauration à emporter.

DES RÉSULTATS BIEN ACCUEILLIS

Société Générale occupait la première place du CAC 40 avec une hausse de 5,21% à 13,41 euros après la publication de ses résultats. Sur la semaine, sa hausse est de 15,24%.

Les publications de Veolia (+2,63% à 17,80 euros) et de Legrand (+2,36% à 67,66 euros) étaient aussi saluées.

LE LUXE BRILLE

Valeurs défensives car moins soumises aux aléas de la conjoncture économique, les entreprises du luxe étaient bien vus des investisseurs, encore prudents face aux incertitudes.

LVMH s'offrait 2,56% à 432,70 euros, Hermès 1,73% à 848 euros et Kering 1,75% à 562,90 euros.