Foot: des bleus chez les Bleus, suspendus aux blessures

Paris (AFP) –

Publicité

Le rassemblement des Bleus commence lundi et Didier Deschamps est déjà confronté à son lot de blessés, entre le forfait de Nabil Fékir et l'incertitude entourant Presnel Kimpembe, sans oublier Kylian Mbappé pas encore sur pied.

Les blessures s'enchaînent à la pelle dans cet automne surchargé en compétition et l'équipe de France n'échappe pas à la loi des séries.

Vendredi, le sélectionneur des champions du monde 2018 a dû tirer un trait sur la présence de Nabil Fékir, "blessé aux ischio-jambiers de la jambe gauche" selon la FFF, et rappeler Houssem Aouar pour pallier au forfait du joueur du Bétis Séville.

Le milieu de l'OL (22 ans), redescendu chez les Espoirs en novembre après une première convocation le mois dernier, arrivera lundi à Clairefontaine, comme les autres Bleus, en vue du match amical prévu mercredi à Saint-Denis contre la Finlande, puis des rencontres de Ligue des nations à Lisbonne le samedi 14 contre le Portugal puis contre la Suède le mardi 17 au Stade de France.

Il lui faudra montrer davantage qu'en octobre où son unique sélection, pendant une heure en amical contre l'Ukraine (7-1) à Saint-Denis, n'a pas totalement convaincu Deschamps.

"C'est une question de rentabilité par rapport à d'autres joueurs, qui ont le même profil et me donnent plus de garanties aujourd'hui. Houssem est venu, il est à disposition des Espoirs (...) A ce poste-là et dans ce registre, je considère que Nabil donne plus de garanties", s'était justifié jeudi le sélectionneur en annonçant sa liste.

- "Coup grave" pour Kimpembe -

Des garanties, Deschamps est certain d'en avoir sportivement avec Mbappé, son champion du monde de 21 ans. D'un point de vue médical, en revanche, c'est moins sûr, sachant que le Parisien, touché aux ischios-jambiers, n'est pas apte à jouer cette semaine.

"Si je le mets dans la liste, c'est qu'il y a de très fortes probabilités qu'il soit disponible pour nos matches. Pas pour celui de mercredi mais pour celui de samedi" la semaine prochaine, a expliqué le technicien devant la presse.

Et d'ajouter, face au risque d'une crise diplomatique: "Il n'y a pas de conflit" avec le PSG, "on va gérer ça avec tranquillité et sérénité par rapport à ce qu'on voit et au ressenti du joueur".

Interrogé sur cette situation, l'entraîneur parisien Thomas Tuchel a également joué vendredi la carte de l'apaisement.

"Si des garçons sont blessés, je préfère toujours qu'ils ne jouent pas", a répondu l'Allemand. Mais "c'est le droit de l'équipe nationale d'appeler des joueurs, on ne peut rien faire, honnêtement", a-t-il ajouté en disant sa "confiance" envers l'encadrement des sélections.

La liste des joueurs admis à l'infirmerie du PSG s'est par ailleurs allongée avec Kimpembe, également convoqué en novembre avec les Bleus.

Lors de la défaite mercredi en Ligue des champion à Leipzig (2-1), où il a été exclu en fin de match, le défenseur central "a pris un coup grave sur le 5e métatarse" (un os du pied), a fait savoir Tuchel, à la veille de recevoir Rennes.

Pour l'heure, "Presko" est attendu lundi au centre d'entraînement de Clairefontaine, où les 26 Bleus convoqués doivent prendre leur quartier dans l'après-midi. Pour déballer sa valise ou uniquement faire constater sa blessure? Deschamps aura l'occasion d'en dire plus lundi à 14h30 devant la presse.