MotoGP: Fabio Quartararo joue son joker au GP d'Europe

Valence (Espagne) (AFP) –

Publicité

Fabio Quartararo joue son joker ce week-end à Valence au Grand Prix d'Europe MotoGP et doit absolument devancer son rival Joan Mir s'il ne veut pas se faire irrémédiablement distancer au championnat, à trois manches de la fin.

Le Français, 2e, sur sa Yamaha-SRT compte 14 points de retard et reste sur deux résultats médiocres alors que l'Espagnol de Suzuki est monté deux fois sur la troisième marche du podium.

"Même si j'ai eu deux courses difficiles en Aragon, je veux tirer avantage du bon ressenti que j'ai toujours eu sur une MotoGP à Valence pour les deux courses qui vont s'y disputer. C'est un tracé court mais que j'aime bien", souligne le Niçois qui y avait terminé deuxième l'an dernier après être parti en pole position.

Compte tenu des bouleversements du calendrier dus au coronavirus, deux courses vont se disputer sur le circuit Ricardo Tormo de tout juste quatre kilomètres de long. Le GP d'Europe ce week-end et celui de la communauté de Valence le suivant, avant l'épilogue au Portugal le 22 novembre.

Du côté de Joan Mir, la confiance règne aussi même si la première victoire en MotoGP de sa carrière se fait toujours attendre.

"J'étais un peu déçu avec ma 3e place lors de la dernière course car je me sentais capable de faire mieux. Mais mon but était de monter sur le podium et j'y suis arrivé. Je suis prêt à me battre à Valence qui est une piste que je connais bien", souligne le Majorquin qui, comme Quartararo, n'effectue que sa deuxième saison au plus haut niveau.

Les Suzuki sont les motos en forme du moment. Le coéquipier de Mir, son compatriote Alex Rins, a gagné et terminé deuxième lors des deux manches disputées en Aragon et remonte comme un boulet au championnat après un début de saison difficile. Il est actuellement 6e à 32 points du leader.

Car les écarts entre les six premiers du championnat sont faibles. L'Espagnol Maverick Vinales (3e, Yamaha) n'est qu'à 19 points du leader, talonné par les Italiens Franco Morbidelli --le coéquipier de Quartararo-- Andrea Dovizioso (Ducati) puis Rins.

- Rossi incertain -

Autant dire qu'à trois manches de la fin, tout reste possible alors qu'une victoire vaut 25 points.

L'absence de Marc Marquez, le sextuple champion du monde et tenant du titre, toujours éloigné des circuits pour cause de fracture du bras droit, a complètement changé la donne. La jeune classe se retrouve du coup avec le champ libre et des pilotes plus expérimentés comme Vinales ou Dovizioso ont de la peine à la contenir.

Pour ce dernier, il pourrait aussi s'agir de son ultime saison en MotoGP. A 34 ans, l'Italien joue sans doute sa dernière chance pour devenir enfin champion du monde après avoir terminé deuxième derrière Marquez les trois dernières saisons. Il quitte Ducati à la fin de la saison et n'a toujours pas trouvé d'autre guidon alors que les selles disponibles se font rares.

Son illustre compatriote Valentino Rossi sait lui qu'il sera encore là l'an prochain, chez Yamaha-SRT, mais sa participation au GP d'Europe est incertaine. Toujours positif au coronavirus, le septuple champion du monde -- et à 41 ans, vétéran du plateau-- risque de devoir manquer sa troisième course de rang. Yamaha a retenu l'Américain Garrett Gerloff, 25 ans, venu du Superbike pour le remplacer au cas où.

Autre forfait pour cause de coronavirus, celui de l'Espagnol Iker Lecuona (KTM-Tech3), cas contact après que son frère a été testé positif et qui devra observer une quarantaine. Il ne sera pas remplacé au sein de l'écurie française d'Hervé Poncharal.

Dans les autres catégories, le Britannique Sam Lowes reste sur trois victoires d'affilée en Moto2 et compte sept points d'avance sur l'Italien Enea Bastianini au championnat.

En Moto3, l'homme en forme du moment est l'Espagnol Jaume Masia vainqueur des deux dernières courses disputées en Aragon mais il n'est qu'en 4e position au championnat à 24 points du leader, son compatriote Albert Arenas.