L1: face au PSG, le gardien rennais Gomis à l'épreuve du feu

Rennes (AFP) –

Publicité

Arrivé au pied levé pour remplacer son compatriote Edouard Mendy, le gardien sénégalais Alfred Gomis s'est vite montré à la hauteur, même si Rennes espère qu'il ne sera pas trop sollicité samedi (21h00) lors d'un choc à valeur de test face au Paris SG.

Début septembre, Gomis avait prolongé son contrat à Dijon jusqu'en 2024 et se préparait à une nouvelle saison de lutte pour le maintien avec l'actuelle lanterne rouge de Ligue 1.

Mais dans le même temps, Chelsea faisait les yeux doux à Mendy. Rennes a donc dû se chercher un nouveau gardien et le choix s'est vite arrêté sur Gomis, même si les négociations pour l'arracher à Dijon ont pris un peu de temps. Au final, le transfert est estimé par la presse entre 15 et 16 millions d'euros, un record pour un gardien de Ligue 1, tandis que Mendy est parti pour 25 millions d'euros (plus bonus).

Grand et élancé comme Mendy, âgé de 27 ans, il est lui aussi doté d'un fort caractère, avec une présence importante dans le vestiaire.

Le fruit d'un parcours atypique pour ce fils de Ziguinchor (Sénégal), qui a grandi en Italie, où son père, lui aussi gardien, avait choisi de rester après avoir été invité à passer des essais. Formé au Torino, Alfred Gomis a effectué toute sa carrière dans des prêts en Série B avant de découvrir l'élite italienne à la SPAL en 2017.

- Finale de la CAN -

Même si cette longue quête lui a laissé un goût amer, lui qui se sent autant Italien que Sénégalais ne renie pas cette expérience: "Les Français sont convaincus que leurs gardiens sont les meilleurs, les Italiens aussi. Moi j'ai la chance d'avoir grandi en Italie", a-t-il commenté à son arrivée à Rennes.

A l'été 2019, il profite d'une blessure de Mendy, N.1 en sélection, pour entrer en jeu lors de la Coupe d'Afrique, participant à l'épopée des Lions de la Téranga jusqu'à une finale perdue contre l'Algérie (1-0) qui leur laisse à tous une forte envie de revanche lors de la prochaine édition, prévue pour l'instant en janvier 2022 au Cameroun.

Dans la foulée de la CAN, il a fait le saut en Ligue 1 avec Dijon, s'imposant rapidement comme titulaire aux dépends de l'international islandais Runar Alex Runarsson.

Et arrivé légèrement blessé à Rennes en fin de mercato, il a sauté à deux pieds dans le bain de la Ligue des champions pour ses débuts sous son nouveau maillot.

Correct mais sans plus face à Krasnodar (1-1), il s'est montré impérial à Séville, réalisant pas moins de huit arrêts pour maintenir à flots des Rennais dépassés qui lui doivent de s'en sortir avec un score honnête (défaite 1-0). Sur le terrain de Chelsea, il n'a rien pu faire sur les trois buts mais il a remporté un face-à-face avec Olivier Giroud.

- Victoire contre le PSG -

En deux semaines, il a ainsi mis dans sa poche les supporters rennais comme ses nouveaux coéquipers.

"C'est un gardien déjà expérimenté, très bon dans le domaine aérien, très fort sur sa ligne, avec du leadership. Il est raisonnable dans ses propos, il a de la maturité", salue son entraîneur, Julien Stéphan.

Seule ombre au tableau: des défaillances persistantes dans les relances et le jeu au pied. Mais "heureusement qu'il y a encore des choses à travailler", assure Stéphan.

Samedi au Parc des Princes, Rennes jouera encore un match digne de la Ligue des champions, a prévenu Stéphan. Même en l'absence de Neymar et Kylian Mbappé, il compte d'autant plus sur Gomis que sa charnière centrale risque de donner des signes de faiblesse à force d'enchaîner les matches depuis que Daniele Rugani est blessé.

Peut-être un bon signe pour les Rennais: la saison dernière, Gomis était absent pour blessure lors de deux lourdes défaites de Dijon face au PSG. La seule fois où il était dans les cages, il y a un an, les Parisiens s'étaient inclinés 2-1.