Faure (PS) critique les "ambitions égoïstes" de Mélenchon

Paris (AFP) –

Publicité

Le premier secrétaire du PS Olivier Faure a critiqué lundi les "ambitions égoïstes" de Jean-Luc Mélenchon qui propose sa candidature à la présidentielle, et a de nouveau appelé gauche et écologistes à travailler "ensemble" pour l'emporter en 2022.

Emmanuel Macron a dû "s'ouvrir une bonne bouteille" dimanche soir en entendant cette annonce, a ajouté Olivier Faure sur LCI, critiquant "toutes celles et ceux qui, par leurs aventures personnelles, leurs initiatives individuelles, leurs ambitions égoïstes menacent ce rassemblement possible" à gauche et "déroulent le tapis rouge sous les pieds d'Emmanuel Macron", alors que "la gauche et les écologistes, s'ils veulent gagner, ont besoin de se rassembler".

"Est-ce que vous pensez que c'était le bon moment" pour se déclarer ?, a aussi interrogé M. Faure, "en pleine crise sanitaire, économique, sociale, avec un terrorisme qui est aujourd'hui à son degré maximal d'alerte".

Chez LFI, le numéro deux du mouvement Adrien Quatennens a défendu sur franceinfo le timing de l'annonce en jugeant qu'alors que "la France est plongée dans un tunnel dont elle ne semble pas voir le bout", il faut "formuler une alternative, des perspectives en positif".

"Les Français ne peuvent pas vivre durablement au rythme des seuls confinements et déconfinements et attentats épisodiques", a-t-il estimé.

Et si Jean-Luc Mélenchon "part tôt" pour 2022, c'est qu'il y a "besoin d'une campagne de temps long" pour "bâtir une adhésion" large au projet.

Interrogé sur les aspirations en particulier d'Arnaud Montebourg à gauche, Adrien Quatennens a jugé possible de "faire équipe" avec lui tout en relevant certains points de désaccord. Et a fait valoir que Jean-Luc Mélenchon, qui a "une vocation de candidat commun", "est le mieux placé" pour l'emporter en 2022.

"Quand je regarde autour je ne vois pas de profil émerger" qui soit "capable de faire mieux", mais "il y aura de la place" pour "ceux qui voudraient nous donner le coup de main: ils ne seront pas méprisés", a-t-il assuré.

Dans la majorité présidentielle, l'annonce de Jean-Luc Mélenchon a été critiquée par le patron des députés LREM Christophe Castaner: "Pendant que nous nous consacrons à la protection des Français, Jean-Luc Mélenchon se consacre à sa carrière (...) Chacun son sens des priorités...", a-t-il tweeté dès dimanche soir.