Top 14: Bayonne se donne de l'air aux dépens de Montpellier

Bayonne (AFP) –

Publicité

Bayonne, bien qu'indiscipliné, n'a pas tremblé pour venir logiquement à bout d'une équipe de Montpellier diminuée et manquant de ressort (29-20) samedi à l'occasion de la 9e journée de Top 14.

L'Aviron est reparti. Pour son troisième match de la saison à domicile, il s'est appuyé sur le pied précis de son buteur Gaëtan Germain et sur le réalisme de ses ailiers Joe Ravouvou et Aymeric Luc, auteurs d'un essai chacun en début de chaque période, pour asseoir leur supériorité et s'éloigner de la zone rouge.

Pour son troisième match de la saison à l'extérieur, Montpellier n'a pas fait mieux que lors des deux précédents. Entre les blessés et les internationaux absents, les hommes de Xavier Garbajosa n'avaient surement pas les armes pour s'exporter face à des Basques déterminés et sûrs de leur force.

Avec encore trois matches de retard, le classement du MHR demeure anecdotique mais il faudra montrer autre chose ces prochaines semaines pour se rassurer et remonter au classement.

Pourtant leurs intentions ont été louables dans un début de match équilibré jusqu'à cette passe de Jan Serfontein interceptée par Ravouvou qui s'en est allé dernière la ligne après une course de 50 mètres (10-3, 13e).

Ce retard, les Héraultais ont couru après tout du long, punis par la botte d'un Germain impeccable (7 sur 7 au total), perdus par manque de solution et de cohésion malgré quelques courses tranchantes.

A la reprise, le scénario a peu varié. Pénalité de Germain et essai cette fois de Luc suite à une passe au pied bien sentie de Maxime Lafage (23-6, 51e).

La réaction des oranges d'un jour a bien eu lieu, en fin de match seulement. Fulgence Ouedraogo, en bon capitaine, a montré l'exemple (66e) avant que son pack emporte son vis-à-vis pour un essai de pénalité (29-20, 75e) synonyme d'espoir.

Malgré leur indiscipline - trois cartons jaunes récoltés par Yan Lestrade, Konstantin Mikautadze et Torsten van Jaarsveld - les hommes de Yannick Bru n'ont plus craqué dans le money-time, signe d'une maturité naissante.