Vendée Globe: Le Cam mène la danse, Beyou de retour à la case départ

En mer (AFP) –

Publicité

Le "papy" autoproclamé du Vendée Globe, le Français Jean Le Cam, est toujours en tête samedi à la mi-journée, devançant de peu le Britannique Alex Thomson, alors que le favori déchu Jérémie Beyou est arrivé aux Sables d'Olonnes à 13h10 (12h10 GMT) pour faire des réparations.

A 61 ans, Jean Le Cam (Yes We Cam!) mène toujours la danse au sixième jour de course, sur son bateau vieux de treize ans. Il est sorti de la tempête tropicale Thêta devant les navires de nouvelle génération équipés de 'foilers', capables de voler, comme celui de son premier poursuivant, le Gallois Alex Thomson (Hugo Boss), 46 ans.

Pour sa cinquième participation à la course autour du monde en solitaire et sans escale, le skipper a gagné du terrain au cours d'une nuit agitée, dans une mer rendue compliquée par la traversée du centre de la dépression, alors qu'il se trouvait dans le sillage de Thomson avant d'y pénétrer.

"Mon Dieu, Jean est incroyable, incroyable!", s'est exclamé le Britannique samedi matin, au sortir d'une nuit où il a eu à affronter des creux de plus de six mètres et des rafales atteignant les 60 noeuds. "Être là où il est, à 61 ans et avec ce bateau, c'est remarquable, tout simplement brillant!"

Jean Le Cam confiait vendredi ne pas se faire d'illusions et s'attendait à "les voir filer, les foilers." "Mais tant qu'à faire, papy fait de la résistance !" Pour l'instant, il fait même mieux que résister.

- Course contre-la-montre pour Beyou -

Une autre course débute pour celui qui faisait figure de grand favori au départ dimanche. Jérémie Beyou (Charal) est arrivé au port des Sables d'Olonne (Vendée) samedi à 13h10 (12h10 GMT) où ses équipes l'attendaient pour faire des réparations et lui permettre de reprendre la mer le plus vite possible.

Victime de sévères avaries après avoir percuté un ofni (objet flottant non identifié) mercredi, le skipper a été contraint de faire demi-tour et aura jusqu'au 18 novembre 14h20 pour repartir, comme le prévoit le règlement.

Derrière les deux leaders expérimentés, le Français Benjamin Dutreux (OMIA - Water Family), dont c'est le premier Vendée Globe, tire son épingle du jeu et complète le podium, à 37,8 milles de Le Cam.

La Britannique Samantha Davies (Initiatives - Coeur), en neuvième position et décalée vers l'ouest, dont le moral est au beau fixe après s'être "échappée de la dépression tropicale", se disait samedi matin "super contente", et réussit pour l'instant à gérer sa course sans rencontrer trop de problèmes : "La pire catastrophe, c'est la boîte de sardines qui a explosé dans un sac de nourriture !", sourit-elle.