Vendée Globe: Beyou va reprendre la mer mardi

Paris (AFP) –

Publicité

Le Français Jérémie Beyou (Charal), l'un des favoris du Vendée Globe, a annoncé lundi qu'il allait reprendre la mer mardi après-midi, à la suite des réparations effectuées aux Sables d'Olonne sur son "bateau volant" de dernière génération.

"On sait maintenant que Charal sera prêt à reprendre la mer demain (mardi) à la marée de l'après-midi", a déclaré le skipper breton lors d'une conférence de presse virtuelle.

Le départ devrait s'effectuer entre 15h et 15h30, a précisé le navigateur, en remerciant toutes les personnes qui se sont relayées "sans compter jour et nuit" pour effectuer les réparations nécessaires dans les temps.

En vertu du règlement de la course, Beyou et ses équipes avaient jusqu'au mercredi 18 novembre 14h20 au plus tard pour repartir.

"C'est une super nouvelle ! (...) Je dis souvent que le Vendée Globe, c'est une course en équipe, et on, enfin surtout ils, ont démontré qu'avec de la volonté, on peut faire des miracles", a déclaré Beyou.

Parmi les différentes réparations effectuées, il y a eu le remplacement du safran, la réparation de la cloison de la barre d'écoute -- "la plus grosse partie du boulot" -- et de la grande voile qui avait été endommagée, a notamment expliqué Beyou, ajoutant qu'il est "vraiment passé par tous les états" ces derniers jours, où il a été confiné et dans l'attente angoissante de savoir s'il allait pouvoir repartir ou pas.

Revenant sur les différents messages de soutien qu'il a reçus, le skippeur a souligné que cela l'avait aidé à se remobiliser.

- "Il fallait que j'y retourne" -

"C'était juste de la folie, je me suis rendu compte que de toute façon il fallait que j'y retourne. Quelque part, cela ne te donne plus le choix, je ne cache pas que tu tergiverses, tu pars pour une course, tu pars pour essayer de la gagner et quelque part, je me suis rendu compte que tout ça c'est derrière moi (...) et qu'il faut construire quelque chose de différent. Donc tous les mots et les soutiens que j'ai reçus, forcément ça aide".

Le Finistérien de 44 ans avait été forcé de rentrer samedi aux Sables-d'Olonne pour réparer plusieurs dommages occasionnés lors d'une dépression de type tropical, qui l'avaient obligé à faire demi-tour mercredi, alors qu'il avait pris la mer le 8 novembre dans la peau du grand favori de la course autour du monde en solitaire et sans escale.

"La course va reprendre différemment pour moi", a expliqué le Français, qui sauf coup du sort extraordinaire, n'a plus d'espoir de pouvoir rattraper les leaders, mais peut encore espérer atteindre le record de la course en terme de durée, dans la mesure où son temps de traversée repartira de zéro mardi lorsqu'il franchira à nouveau la ligne de départ.

Le précédent record avait été établi il y a quatre ans par Armel Le Cléac'h en 74 jours, 3 heures, 35 minutes et 46 secondes.

"On verra ce qui se passe en mer. Je préfère ne rien attendre, ne pas me fixer d'objectif", a conclu Beyou.

Vainqueur de la Solitaire du Figaro à trois reprises, il avait terminé troisième de la dernière édition du Vendée Globe (2016/2017).

Après huit jours de course, le Britannique Alex Thomson (Hugo Boss) est en tête, devant Jean Le Cam (Yes we cam!) et Thomas Ruyant (LinkedOut). Le bateau de Nicolas Troussel (Corum L'épargne) a lui démâté lundi, alors qu'il pointait 7e au classement.