Covid-19 en France : couvre-feu avancé à 18 h dans 15 départements dès samedi

Le couvre-feu sera avancé à 18 heures dans quinze départements français dès le 2 janvier.
Le couvre-feu sera avancé à 18 heures dans quinze départements français dès le 2 janvier. © Gaizka Iroz, AFP
6 mn

Près de six millions de Français dans 15 départements doivent désormais se munir  d'une attestation pour sortir après 18 h, à la suite de la décision du gouvernement d'avancer de deux heures le couvre-feu pour lutter contre l'épidémie de Covid-19.

Publicité

Couvre-feu avancé pour six millions de Français dans 15 départements situés essentiellement dans le Nord-Est, ainsi que dans deux départements du Sud-Est. Le gouvernement a décidé d'avancer de deux heures, à partir du samedi 2 janvier, le couvre-feu dans 15 départements, qui font l'objet d'une surveillance particulière face au Covid-19, a déclaré vendredi le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal. Dans ces territoires, le couvre-feu débutera à 18 h. 

Les départements concernés sont les Hautes-Alpes, les Alpes-Maritimes, les Ardennes, le Doubs, le Jura, la Marne, la Haute-Marne, la Meurthe-et-Moselle, la Meuse, la Haute-Saône, les Vosges, le Territoire de Belfort, la Moselle, la Nièvre et la Saône-et-Loire.

"Grande tolérance" pour le retour des vacances

"Évidemment que dans ce week-end de retour de vacances et dans ces premiers jours, il y aura une très grande tolérance", a précisé le porte-parole.

"Le virus continue à circuler en France (...) avec une disparité entre les territoires", a expliqué Gabriel Attal, en précisant que la liste des départements concernés serait révisée dans une semaine. Et "si la situation était amenée à se dégrader davantage dans certains territoires, on prendra les décisions qui s'imposent", a-t-il ajouté, en réponse notamment à une question sur la possibilité de reconfinements.

Le porte-parole a souligné que le couvre-feu avancé s'appliquerait de manière uniforme sur l'ensemble du territoire des départements concernés, sans distinction entre les villes et les zones rurales.

Les personnes souhaitant sortir de chez elles en raison d'un motif valable devront utiliser, a-t-il expliqué, "la même attestation que celle que connaissent les Français actuellement pour le couvre-feu à 20 h".

Gabriel Attal a confirmé par ailleurs que les établissements culturels -théâtres, cinémas, etc.- ne pourraient pas rouvrir le 7 janvier, date prévue pour le prochain point sur les conditions sanitaires.

Critiques sur la campagne de vaccination

Ce premier week-end de l'année a donc commencé sous de sombres auspices, ainsi que des critiques contre les lenteurs de la campagne de vaccination.

Des critiques qui agacent au niveau de l'exécutif, le Premier ministre Jean Castex assurant que le décalage avec les autres pays européens sera rattrapé.

"On sait tous que dans tous les pays", la campagne de vaccination "c'est une affaire qui va durer six mois", a-t-il affirmé en petit comité lors de son déplacement au Tchad. "Je sais que dans les mois qui viennent, à l'arrivée, la situation sera totalement équilibrée en terme de vaccination en Europe".

Les perspectives sont en revanche sombres pour le secteur de la restauration, un poids-lourd du gouvernement ne cachant pas son fort pessimisme quant à une réouverture dès le 20 janvier pour les bars et restaurants. Au sein de l'exécutif, on attend d'avoir en main toutes les données sanitaires au retour des fêtes pour trancher définitivement, mais une reprise de l'activité au 20 semble "très, très peu probable", souligne cette même source.

Les derniers chiffres de Santé Publique France vendredi montrent une légère baisse du nombre de patients hospitalisés et en réanimation, comme les quelques jours précédents, mais le nombre de nouveaux cas par jour est toujours important, avec près de 20.000 quotidiens ces deux derniers jours.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine